Que répondre à quelqu’un qui vous demande pourquoi vous ne portez que des jupes

Que répondre.png

Si c’est un homme qui vous pose la question, vous pourrez toujours lui demander pourquoi lui ne porte que des pantalons 😉 Trêve de plaisanteries, je sais que la question peut revenir assez souvent, en tout cas vous me l’avez posée plusieurs fois en commentaires. Je vous ai déjà parlé de mon choix de ne plus porter de pantalons dans cet article, et vous aviez été très très nombreuses à réagir. La plupart d’entre vous aviez fait le même cheminement que moi, d’autres le commençaient à peine, et d’autres enfin n’adhéraient pas à 100% à cette idée bien qu’elle leur semblât assez attirante. De façon générale, je crois que ce choix n’est plus aussi tabou qu’auparavant, cependant certaines d’entre vous ont peut-être parfois du mal à l’expliquer ou le justifier. Je vous donne aujourd’hui quelques arguments pour vous aider à répondre à toute personne remettant en cause vos choix vestimentaires.

1 – Décence & modestie

C’est l’une des premières raisons qui m’a poussée à ne plus porter de pantalon. La plupart d’entre eux sont moulants et dévoilent beaucoup trop les formes féminines. Je me sens aussi nue dans un pantalon serré…que si j’étais vraiment nue! N’hésitez pas à relire cet article sur les règles de modestie à appliquer au quotidien si vous êtes un peu perdue à ce sujet.

2 – Anti-féminisme

Je l’ai déjà évoqué à plusieurs reprises sur le blog, le pantalon était à la base un symbole de la révolte féministe qui voulait ressembler aux hommes et prônait ainsi une rébellion contre la nature spécifique à chaque sexe et leur complémentarité. Vous pouvez relire cet article ou encore celui-ci pour en savoir plus à ce sujet.

3 – Confort & praticité

C’est un aspect non négligeable qui pourra peut-être convaincre certaines d’entre vous de ne plus porter de pantalons. Depuis que je mets des robes, finis les moments où l’on doit faire attention en se baissant parce que notre pantalon est taille basse, finies les intempestives remontées de pantalon qui passent leurs journées à vouloir descendre contre notre gré bien entendu. Finis les pantalons qui serrent à la taille ou aux mollets!

4 – Style & élégance

La jupe et la robe sont souvent bien plus seyantes qu’un pantalon, et ce pour la plupart des morphologies. Pourquoi vouloir s’entêter à rentrer dans des jeans slims lorsque cela ne nous va pas? Au contraire, une jupe ou une robe (choisies avec goût évidemment) ajoutent toujours une touche d’élégance non négligeable!

5 – Féminité

Cela peut paraître évident, mais depuis la nuit des temps les pantalons sont réservés aux hommes, notamment parce qu’ils travaillent (d’ailleurs dans certaines cultures les hommes sont en robe car ils ne travaillent pas justement). Et les femmes sont en jupe ou en robe. D’ailleurs les guides de savoir-vivre recommandent toujours aux femmes de porter des robes lors d’événements officiels, et surtout des robes qui descendent a minima jusqu’aux genoux (notamment dans A bluffer’s guide to Etiquette de William Hanson, que vous retrouverez ici). Cela peut paraître une évidence, mais cela ne peut pas faire de mal de répéter que la jupe et la robe sont le symbole de la féminité.

6 – Santé

C’est l’une d’entre vous qui a attiré mon attention sur ce sujet. Cela doit évidemment rester des exceptions mais le fait est que porter des pantalons, surtout moulants, peut provoquer des problèmes de circulation, de mycose, d’infections vaginales et même de cellulite! Loin de moi l’idée de vouloir être alarmiste (d’ailleurs cela n’arrive certainement pas à tout le monde) mais cet argument vaut la peine d’être évoqué 🙂

Vous voilà maintenant parée avec un certains nombres d’arguments que vous pourrez utiliser en fonction de vos interlocuteurs, de leur réceptivité et du degré de sérieux que vous voulez ajouter au débat 😉 Bien entendu pour moi les plus importants/valables sont les deux premiers, les autres sont seulement des bonus! Et vous, quels sont vos arguments? Dites-moi tout en commentaire!

Crédit photo: Marie-Zélie.

25 réflexions sur “Que répondre à quelqu’un qui vous demande pourquoi vous ne portez que des jupes

  1. chenillenvol dit :

    Bon je ne suis pas d’accord avec toi pour le port de la jupe en général. Mais c’est sur un point évoqué dans cet article qui me perturbe.
    Tu dis être plus à l’aise en jupe car tu n’as plus à remonter ton pantalon taille basse. Euh… qui t’oblige à en prendre ? Il existe une multitude de pantalons non taille basse ! Et perso, j’ai davantage peur que ma jupe/robe remonte trop que le fait que le jeans soit slim. D’ailleurs, actuellement en France, ce sont plutôt les femmes en jupe ou robe qui attirent les regards que celles en pantalons -donc pas de soucis à se penser comme nue.

    Aimé par 1 personne

  2. femmeapart dit :

    Merci pour ton commentaire et pour ces retours! C’est vrai que pour la taille basse on n’est pas obligé d’en avoir une, mais je partais plutôt de mon expérience d’avant 😉 Et j’avoue qu’à moins d’avoir un pantalon taille haute, les tailles normales » ne sont pas très pratiques non plus. Pour ce qui est du regard des autres c’est vrai qu’en pantalon on se fond un peu dans la masse, mais objectivement au niveau des formes féminines elles sont plus dévoilées en pantalon ou legging qu’en jupe/robe modeste et décente!

    Aimé par 1 personne

  3. Florence dit :

    Je ne suis pas d’accord avec Chenillenvol… Quand je portais encore des pantalons, j’avais un mal fou à trouver des pantalons qui ne soient ni slim, ni skinny, ni taille basse, ni hors de prix. C’est vraiment un défi pour une fille qui n’a pas une morphologie standard. Donc certes, on n’est pas obligée de porter un taille basse, mais dans les faits, c’est compliqué de trouver autre chose.
    Et depuis que j’ai fait le pas de ne plus porter de pantalons, je m’intéresse beaucoup au regard des hommes dans la rue. Je constate que les hommes se retournent indifféremment sur une femme en jupe ou en pantalon, mais pas avec le même regard. Une femme en pantalon, surtout lorsque le pantalon est moulant et qu’elle porte un haut court, qui dévoile donc ses fesses, attire des regards bien plus malsains qu’une femme qui porte une jupe (je parle de jupe décente évidemment, pas de mini jupe avec un décolleté plongeant!). Ca n’a clairement rien à voir. Je constate aussi que ce ne sont pas les mêmes hommes qui se retournent selon la tenue vestimentaire…

    Aimé par 1 personne

  4. femmeapart dit :

    Merci Florence pour votre retour! J’ai plutôt le même ressenti que vous par rapport au regard des hommes… Pour les pantalons c’est vraiment ce que j’entends le plus souvent: si on n’est pas dotée d’une morphologie standard alors ça devient compliqué… Vive les jupes et les robes 😉

    J'aime

  5. Amlasella dit :

    Tu m’as convaincue ! 😉✨Je trouve que tu as de bons arguments et moi même lorsque j’ai essayé de porter des robes (j’aime pas trop les jupe longue) je me sentais beaucoup mieux ! En fait, j’avais plus d’aisance en marchant, je me sentais pas « serré » enfin je sais pas comment l’expliquer ^^ en tout cas, mes mouvements étaient plus fluide et je me sentais très féminine (je ne suis pas féministe et ce n’est pas crime) Merci pour cet article ✨

    Aimé par 1 personne

  6. femmeapart dit :

    Merci pour ton gentil commentaire! Et bravo pour ta démarche 🙂 J’avoue que pour moi la question du confort compte aussi. Parfois on a du mal à passer des pantalons aux jupes parce qu’on n’a pas l’habitude et qu’on ne sait pas trop comme les agencer et avec quoi les harmoniser mais ça vient vite 😉 Bonne continuation ☺️

    Aimé par 1 personne

  7. Jeanne83 dit :

    Merci pour cet article qui donne plein de raisons de faire le pas. Je dirais que si on n’est pas très mince et bien faite, le pantalon n’avantage pas. Que quand on se baisse on a souvent le bas du dos dégagé sauf si le pantalon a une taille très très haute, et donc un gros risque de s’enrhumer 🙂
    Cependant dans certaines banlieues à tendance islamiste, toute jupe est interprétée comme une provocation, une volonté de séduire ou de pensées malsaines, donc il n’est peut-être pas adéquat de porter des jupes qui n’arrivent pas aux pieds dans ces banlieues. Cependant, dans 80% des cas, je pense qu’il est possible de porter une jupe/robe et que comme c’est de plus en plus rare, c’est une façon de sortire élégamment du lot 🙂 Parce que, soyons honnêtes, aucune d’entre nous n’a envie d’être transparente, sinon nous rentrerions au couvent 🙂

    Aimé par 1 personne

  8. femmeapart dit :

    Merci Jeanne pour votre commentaire 🙂 Ce que vous dites sur la sécurité rejoint un peu les débats qu’il y avait eu lorsque j’ai écrit mon article sur le fait que je ne portais plus de pantalon depuis 6 ans. Je pense que chacune doit se responsabiliser sans pour autant se donner trop d’excuses (ce que je faisais avant alors qu’aujourd’hui je ne vois aucun problème à porter une jupe à tel endroit/telle heure qui me gênaient avant….) (et je ne suis pas devenue tête brûlée, c’est simplement qu’avant je « cherchais » un peu des occasions de pouvoir mettre des pantalons sans culpabiliser).
    Comme vous dites, avec une jupe élégante et décente on sort forcément du lot, et je pense que c’est aussi un beau moyen d’apostolat du Beau et du Féminin.

    J'aime

  9. Jeanne83 dit :

    Disons qu’il faut faire les choses avec bon sens, ce qui est de plus en plus rare de nos jours!!! Parce qu’au fond, faut-il aller dans des quartiers chauds ou dans le métro à 2h du matin si on est une femme seule (sauf si on est journaliste, ou qu’on habite dans ces quartiers). Bref adaptons nos vêtements à nos agissements, mais aussi nos comportements pour ne pas devoir porter n’importe quel vêtements (je me comprends).
    Bravo aussi pour votre rubrique savoir-vivre 🙂

    Aimé par 1 personne

  10. Cyrille dit :

    Merci pour cet article et ce blog inspirants.
    Pour ma part, je porte beaucoup de jupes et de robes, depuis que j’ai vu à la télévision une ministre (que je ne nommerai pas) et qui était toujours en pantalon, avec une allure masculine. La voir me donnait des envies frénétiques de porter des tenues féminines 🙂
    Cela ne m’a pas empêchée d’être à moitié agressée dans la rue, alors que je portais une jupe « bien comme il faut », bleu marine, s’arrêtant aux genoux… Mais il y a des malades partout, et finalement j’ai choisi de continuer à être belle aussi pour le regard des passants. Je pense que le rôle de la femme passe aussi par sa beauté qu’elle donne à contempler (avec toute la pudeur qui convient, bien sûr).
    Une seule chose me freine pour porter des jupes et robes: le vent! Une jupe évasée et fluide est très seyante, mais dangereuse en cas d’avis de tempête 🙂

    Aimé par 1 personne

  11. femmeapart dit :

    Merci Cyrille pour ce commentaire et bravo pour votre démarche! Je suis d’accord avec vous que de toutes façons certaines personnes seront désagréables quoi que nous portions alors autant être jolies et faire un peu d’ « apostolat » de féminité et de beauté 👗 Pour le vent je n’ai pas vraiment de solution à part garder ses mains bien libres pour retenir sa jupe quand elle s’envole! J’ai quand même des modèles de jupes un peu plus droites ou légèrement trapèzes que je garde pour ces jours-là, enfin quand la météo nous prévient 😉

    J'aime

  12. Fleur dit :

    Je reprends une de vos phrases « mais depuis la nuit des temps les pantalons sont réservés aux hommes » sauf que c’est totalement faux.
    Dès l’antiquité le vêtement homme-femme est bâti un peu de la même façon, un rectangle de tissu enveloppant le corps. Pagne plus ou moins long pour les égyptiens, toge pour les grecs et les romains. Les soldats romains n’étaient pas en pantalon mais en jupe (très courte de cuir). Les celtes dont nos ancêtres gaulois (hommes et femmes) portaient des braies, sortent de pantalon ainsi que la saie qui ressemble à une tunique. Braies qui furent adoptés par l’armée romaine et qui perdurera au Moyen Age se transformant ensuite au fil des siècles pour devenir le pantalon que nous connaissons actuellement.
    La jupe ou la robe sont autant des vêtements masculins que féminins, les écossais si fier de leurs kilts et on ne peut pas nier le fait qu’ils soient des hommes, les maoris qui adorent leurs paréos et n’hésitent pas à revêtir le pagne pour les fêtes, idem dans les tribus amazonienne et africaine, les japonais et leurs kimonos, les coréens et leurs hanboks, les chinois et leurs hanfus, les djellabas nord africaine, les boubous africains, etc… Pas de pantalon chez ces hommes là. Tout comme les talons étaient autrefois l’apanage des hommes, ce sont les femmes qui ont sans cesse piocher dans le vestiaire masculin. Bref dans les toutes les cultures et à toutes les époques les hommes ont porté jupes et robes. Vous avez des lacunes historiques ou cela ne vous intéressent pas.
    De plus faut-il vous rappeler qu’à l’instar des hommes, les femmes ont également de tout temps toujours travaillées.

    J'aime

  13. femmeapart dit :

    Merci pour ce commentaire éclairant et intéressant. Ceci dit si l’on se cantonne à la culture européenne, qui est celle qui nous intéresse ici, alors le pantalon est un vêtement d’homme et la robe un vêtement de femme. Le kilt est un habit traditionnel qui n’est d’ailleurs pas utilisé par tous les hommes en Écosse au quotidien. Je l’assimilerais davantage à nos habits traditionnels régionaux que l’on ressort pour les fêtes, les festivals, etc. Les femmes ont toujours travaillé mais la plupart du temps pour leur foyer et pas rémunérée de façon directe. Également pour des œuvres de charité ou alors dans des corps de métier bien ciblés et tout à fait adaptés aux spécificités féminines (infirmière par exemple).

    J'aime

  14. Fleur dit :

    Dans la culture européenne qui est certes la notre, et j’y inclue la Russie, jusqu’à il y a peu, disons deux siècles, à l’échelle de l’humanité ce n’est rien, les hommes portaient encore une tunique avec une sorte de pantalon à défaut de l’appeler autrement. Les aristocrates portaient une culotte d’où à la révolution le nom des sans culottes car le tiers-état portaient un pantalon que portaient certaines femmes.
    Décidément vous êtes têtu vous. Non les femmes ne travaillaient pour leurs foyers, non elles ne se contentaient pas des œuvres de charité et encore moins dans des corps de métiers ciblés féminins. Et oui malheureusement elles n’étaient pas ou peu rémunérées. Les femmes travaillaient aux champs, à l’élevage des bêtes, elles étaient domestiques, boutiquières, nourrices, elles travaillaient dans les mines, dans les usines à la chaîne, les livres de Zola ne sont pas du folklore, malheureusement aussi prostituées. Au Moyen-Age elles étaient artisans dans tous les corps de métiers. Les employées et ouvrières étaient rémunérées deux fois moins qu’un homme pour un travail égal pour environ 10h de travail journalier et elles travaillaient également de nuit à l’instar des hommes. A la campagne elles complétaient le travail des champs par des travaux d’aiguilles, elles n’avaient pas le temps de s’occuper correctement de leurs foyers qui consistaient principalement à préparer le grau ou la soupe et encore moins de leurs nombreuses bouche à nourrir qui s’élevaient seuls. Seules les femmes oisives, grandes bourgeoisies et noblesses s’occupaient de charité mais avec énormément de mépris pour les classes inférieures, elles n’étaient pas pieuses pour autant mais plutôt de sacrées hypocrites. Ne pas oublier que 90% de le population française descend de la campagne.
    Je pense que vous vous voulez parler de la femme des années cinquante, ne pas oublier qu’il s’agit des trente glorieuses qui a vu le niveau de vie des français grandement s’améliorer, les conditions de travail s’humaniser légèrement.
    La réalité historique, réelle et malheureuse c’est que hommes et femmes ont toujours travaillé et ont toujours été exploité par de plus puissant qu’eux. Aucune charité chrétienne là-dedans.
    Je vous mets deux liens : l’un concerne l’Auvergne mais est transposable à toute la France : http://www.archivesdepartementales.puydedome.fr/n/l-evolution-du-travail-des-femmes/n:126
    le deuxième est plus généraliste :
    http://les.femmes.dans.lhistoire.over-blog.com/article-le-travail-des-femmes-des-classes-pauvres-et-moyennes-de-la-societe-des-16e-17e-et-18e-siecles-dependance-ou-independance-51743998.h

    J'aime

  15. femmeapart dit :

    Merci pour ces précisions et les liens que vous proposez. Je comprends bien votre point de vue et vous êtes certainement plus calée que moi sur la question. Ceci dit pour moi les travaux des champs c’était pour leur foyer et pas celui du voisin 😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s