Savoir-vivre et beauté intérieure

Découvrez ici plusieurs règles de savoir-vivre et sources de réflexions qui vous aideront à être une femme à part en toutes circonstances! Cette page sera enrichie au fur et à mesure des semaines.

Vous pouvez vous procurer le Petit Larousse du savoir-vivre et le Bluffer’s guide to etiquette dans la Bibliographie. Retrouvez également un article plus complet sur les bonnes manières ici et le livret de Femme à part sur le savoir-vivre au quotidien .

Beautéintérieure7

« Heureux l’homme qui a trouvé la sagesse, Et l’homme qui possède l’intelligence! ». « La femme sage bâtit sa maison, et la femme insensée la renverse de ses propres mains. » – Livre des Proverbes. « Conduisez-vous avec sagesse envers ceux du dehors, et rachetez le temps. Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun » – 1ère épître aux Colossiens. 

Beautéintérieure6

« Le beau nous met en joie, le beau apaise, le beau a une influence sur nos vies. Notre comportement, notre attitude, nos pensées, sont imprégnées par ce que nous regardons. Alors nourrissons-nous consciemment de ce qui est beau, osons nous émerveiller » – Anne-Laure Drouard Chanel. « La beauté est dans les yeux de celui qui regarde » – Oscar Wilde

Beautéintérieure5

« Aucune grâce extérieure n’est complète si la beauté intérieure ne la vivifie. La beauté de l’âme se répand comme une lumière mystérieuse sur la beauté du corps » – Victor Hugo. « Le commencement de la sagesse, c’est la crainte de l’Éternel; Et la science des saints, c’est l’intelligence » – Livre des Proverbes. « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait » – Épître aux Romains

Beautéintérieure4

« Ayez, non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d’or, ou les habits qu’on revêt, mais la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu » – 1ère épître de Saint Pierre.

Beautéintérieure3

« Je veux aussi que les femmes, vêtues d’une manière décente, avec pudeur et modestie, ne se parent ni de tresses, ni d’or, ni de perles, ni d’habits somptueux, mais qu’elles se parent de bonnes œuvres, comme il convient à des femmes qui font profession de servir Dieu » – 2ème épître à Timothée

Beautéintérieure2

« Pour être belle, arrête-toi 1 minute devant ta glace, 5 minutes devant ton âme, 15 minutes devant ton Dieu » – Anonyme. « Une demi-heure de méditation est essentielle sauf quand on est très occupé. Alors une heure est nécessaire » – Saint François de Sales. « Décevante est la grâce, et vaine la beauté; la femme qui craint le Seigneur est seule digne de louange » – Livre des Proverbes.

Beautéintérieure1

« Un sourire ne coûte rien, mais il rapporte beaucoup ; il enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne » – Frank Irving Fletcher. « La joie est le plus grand bien de l’homme » – Ambroise de Lombez. « N’attendez pas d’être heureux pour sourire, souriez plutôt afin d’être heureux » – Edward Kramer

Conversation10

Respectez la langue française. Ne truffez pas votre conversation d’anglicisme. On vous saura gré d’économiser les expressions empruntées au langage des jeunes (c’est mortel/débile…). Évitez les formules toutes faites qui, certes, ne sont pas impolies, mais trop usitées: « bon appétit », « bonne journée », « à vos souhaits », « à la vôtre ». Un sourire suffit. Les gros mots, les mots vulgaires, l’argot sont à exclure d’une conversation formelle.
Le Petit Larousse du savoir-vivre

Conversation9

On ne parle pas de ses misères personnelles et on ne s’étend pas sur ses exploits. On ne dément pas publiquement son conjoint ou sa compagne. On ne parle pas des absents, sauf pour en dire du bien. On ne demande pas l’âge des gens. On n’abuse pas des histoires drôles.
Le Petit Larousse du savoir-vivre.

Conversation8

Exprimez-vous correctement, réservez les gros mots, les plaisanteries grasses et déplacées aux conversations de salle de garde; évitez de parler par allusion où vous ne seriez compris que de quelques initiés, renoncez aux formules toutes faites « il n’y a pas de problème », « pas de souci », ou au vocabulaire à la mode. 
Le Petit Larousse du savoir-vivre

Conversation7

Si vous êtes retenu par une personne qui vous ennuie, ne parcourez pas le salon d’un œil éperdu dans l’espoir d’apercevoir un sauveur, mais, au bout d’un temps raisonnable, dites-lui fermement qu’il vous faut rencontrer Untel et que vous devez l’abandonner. On vous pose une question indiscrète? Éludez en changeant de sujet, votre interlocuteur n’insistera pas.
Le Petit Larousse du savoir-vivre

Conversation6

Si vous constituez un petit groupe dans un salon, ne faites pas bande à part: ouvrez le cercle et accueillez le tiers en le présentant, puis en le mettant brièvement au courant du sujet dont vous débattez. N’excluez personne en truffant la conversation de sous-entendus ou en jetant des noms propres inconnus.
Le Petit Larousse du savoir-vivre

Conversation5

Ne pas accaparer la parole en l’empêchant de circuler. Ne pas couper la parole pour imposer sa vérité. S’interdire les « moi, je ». S’intéresser aux autres et les traiter comme de précieux partenaires. Savoir se taire. Savoir écouter sans bâiller et ne pas regarder sa montre. 
Le Petit Larousse du savoir-vivre

Conversation4

Celui qui complimente doit d’abord se demander si l’éloge sera ou non accepté. Il doit être formulé avec finesse, humour et sans insistance, et paraître sincère. Évitez l’emphase, soyez économe dans l’emploi de superlatifs, trouvez le point où vous ferez mouche.
Le Petit Larousse du savoir-vivre.

Conversation3

Ne manifestez ni arrogance ni fausse modestie, mais acceptez le compliment avec plaisir, sans vous laisser abuser. Si vous avez l’esprit d’à-propos et si vous jugez que votre interlocuteur en fait un peu trop, trouvez une répartie: « si vous insistez, je vais finir par y croire! ». Mais ne vous rabaissez pas, on vous taxera de fausse modestie. Le plus simple finalement est de remercier et de changer de sujet.
Le Petit Larousse du savoir-vivre.

Conversation2

Elle utilise des formules toutes faites telles que « s’il-vous-plaît, je vous en prie, merci ». Puis viennent les modalités verbales, l’emploi du conditionnel et de verbes qui atténuent ou qui suggèrent un souhait: « Veux-tu fermer la porte? », « Puis-je vous demander de patienter? », «Iras-tu me chercher du pain? ».
Le Petit Larousse du savoir-vivre

Conversation1

Dire « bonjour », « au revoir », « merci », « s’il-vous-plaît », « pardon », « je vous en prie »; regarder son interlocuteur dans les yeux, ne pas couper la parole, sourire, mesurer ses paroles: tel est le contrat tacite, le minimum qu’implique toute relation à l’autre, proche ou lointaine.
Le Petit Larousse du savoir-vivre

Numérique10

Les réseaux sociaux sont un espace où tout semble permis. Ne jamais se laisser prendre en photo sans votre accord. Et l’inverse est tout aussi valable: demandez la permission avant de mitrailler votre vis-à-vis. Évitez de raconter votre vie ou celle de vos enfants, ne soyez pas blessant dans vos commentaires et vos publications. Et n’oubliez pas de soigner votre orthographe! @pointdevue_mag

Numérique9

Les courriels ont aussi leurs spécificités. Auparavant, le cachet de la poste faisait foi et vous aviez 24 heures pour accuser réception d’un courrier. Aujourd’hui, ne pas répondre à un courriel dans l’heure est considéré par certains comme un affront. En revanche, ceux qui vous les envoient ne jugent pas toujours utile de préciser l’objet de leurs courriels, ni de vous dire « bonjour », et finissent souvent sans même une formule de conclusion. La meilleure manière de correspondre par courriels est de prendre le temps (très court) de les rédiger comme des lettres ou, au pire, comme des cartes de visite.

Numérique8

Il est généralement mal vu d’écrire en langage SMS. Il est donc préférable de tenir un langage en français correct. « Bonjour, je désirerais savoir comment … » est par exemple à préférer à « Bjr, je voudré savoir komen … ». L’écriture en CAPITALES est considérée comme une parole criée, il est donc préférable d’éviter de l’utiliser. Pour une mise en évidence préférez une mise en gras ou en italique.

numecc81rique7

Telles que la grossièreté de continuer sa conversation tout en payant un article dans un magasin par exemple; l’impudeur de faire participer à une conversation privée – souvent d’une désespérante platitude – des personnes qui ne l’ont pas choisi et qui peuvent le ressentir comme une agression, dans un train par exemple; l’indélicatesse de laisser son téléphone en marche dans des endroits où c’est expressément interdit, comme au cinéma. La plupart des téléphones n’ont-ils pas une fonction vibreur? bottin-mondain.fr

numérique6

A moins de connaître expressément l’emploi du temps de ses interlocuteurs et en cas de force majeure, on n’appelle pas avant 9 heures ni après 21 heures 30, et on évite autant que possible les heures des repas. Il est donc nécessaire après avoir salué et s’être présenté, de s’assurer que l’on ne dérange pas et que le moment est opportun pour parler -il faut savoir dans certains cas différer un appel. La concision est de rigueur, sauf avec une très bonne amie où tout est permis, mais attention de ne pas bloquer la ligne trop longtemps. De la même manière, sur un répondeur on ne laisse pas d’interminables messages qui utilisent toute la bande et risquent fort d’être coupés. bottin-mondain.fr

numérique5

La base de la courtoisie est d’adresser des excuses lorsque l’on reçoit un appel et d’abréger une conversation susceptible de déranger. Savoir éteindre son téléphone dans certaines circonstances ou le mettre en position vibreur est une preuve de maturité que tous les utilisateurs n’ont pas encore acquise. De même les services d’envoi de messages écrits ou d’e-mails qui tendent à se développer sont la réponse à bien des tracas et des discussions inutiles, et ont par ailleurs le mérite d’aller à l’essentiel.
bottin-mondain.fr

numérique4

e haut-parleur ne s’utilise qu’exceptionnellement, lorsque plusieurs personnes doivent suivre la conversation et que c’est entendu avec le correspondant. L’attitude de certains qui ne peuvent s’en passer pour téléphoner est déplorable car, en plus d’être tout simplement désagréable, elle peut mettre très mal à l’aise le correspondant qui ignore s’il est écouté par une ou plusieurs personnes.
bottin-mondain.fr

numérique3

Ce n’est pas parce que vous entendez mal votre interlocuteur que lui vous entend mal. Les règles de politesse insistent sur votre discrétion. Cette règle de politesse est difficile à suivre. Et pourtant, il faut réellement faire des efforts. Souvent nous sommes à 100% dans l’échange, et nous oublions alors les modalités et les circonstances extérieures. De grâce! Ne hurlez pas au téléphone. @apprendrelesbonnesmanières

numérique2

Le premier principe lorsque vous êtes en société, et particulièrement à table, est de l’oublier. Évitez de le poser à côté de votre assiette comme s’il fallait le nourrir. En réunion, le déposer près de votre dossier ne vous inspirera pas plus d’idées. Vérifier que vous existez aux yeux du monde virtuel en le regardant toutes les dix minutes est juste impoli envers votre interlocuteur qui, lui, est bien réel. Point de Vue

numérique1

Si vous répondez immédiatement au texto reçu, sachez que vous perdrez toujours plus de considération de la part de la personne qui vous fait face que vous n’en gagnerez de votre interlocuteur virtuel. Le portable ne doit pas vous couper de la réalité. C’est irrévérencieux et nous interprétons le geste de l’heureux destinataire comme une parole telle que « vous ne m’intéressez pas plus que cela, j’ai hâte de finir notre conversation pour aller voir ailleurs, vous m’ennuyiez profondément, heureusement que des gens intéressants m’écrivent en ce moment. Je vais d’ailleurs leur répondre instantanément car il mérite bien plus mon attention que vous ».
@apprendrelesbonnesmanieres

etrereçue10

On ne transige pas avec cette vieille coutume qui voulait que dans les huit jours suivant le départ, l’invité écrive une belle lettre aux invitants pour les remercier. Cette obligation s’est cependant simplifiée : quelques lignes sur une carte postale, un coup de téléphone pour dire qu’on est bien arrivés, un e-mail suffisent pour remercier. Mais si vos hôtes sont plutôt traditionnalistes, prenez votre plume, dites votre gratitude et évoquez quelques-uns des bons moments que vous avez passés ensemble. Le Petit Larousse du savoir-vivre

etrereçue9

Il faut savoir partir avant que votre présence ne devienne pesante. Lorsque vous partez, vous pliez vos draps, vos taies d’oreiller et vos serviettes sales que vous laissez empilés sur une chaise et vous replacez les couvertures pliées sur le lit. Vous pouvez demander où se trouver l’aspirateur, mais la maîtresse de maison s’empressera de vous interdire toute tâche ménagère. Manifestez à vos hôtes le plaisir qui fut le vôtre, sans demander à être réinvitée ! Le Petit Larousse du savoir-vivre

etrereçue8

Savoir partir, ne pas s’incruster, est un art. Respectez les horaires lorsqu’ils sont mentionnés dans l’invitation. C’est à la personne la plus importante, la plus âgée ou la plus fatiguée de donner le signal du départ en se levant : elle peut alors demander aux autres convives de se rasseoir et les prier de ne pas l’imiter pour ne pas raccourcir la fête. Si l’on doit partir de très bonne heure, il est délicat de prévenir la maîtresse de maison avant le repas en donnant une excuse (santé fragile, train à prendre de bonne heure le lendemain, baby-sitter à libérer). Il faut alors filer à l’anglaise pour ne pas gêner les autres convives ni interrompre une conversation, ce qui n’implique pas d’oublier de remercier. Le Petit Larousse du savoir-vivre

etrereçue7

Il n’est pas nécessaire d’arriver à l’heure exacte à un cocktail mais il faut respecter quelques règles valables pour tous les buffets. N’entrez jamais dans une salle de réception le manteau ou l’imperméable sur le dos ; laissez-le au vestiaire. Saluez dès votre arrivée les maîtres de maison. Ne retenez pas le maître de maison dans une conversation trop longue, il doit bavarder avec tous ses invités. Ne vous jetez pas sur la nourriture. Ne montez pas la garde auprès du buffet en empêchant les autres d’y accéder, mais circulez d’un groupe à l’autre, en gardant au besoin votre verre à la main. Sachez partir lorsque la salle se vide, lorsque le buffet ne se renouvelle plus et que les maîtres de maison poussent aimablement et discrètement leurs derniers invités vers la porte de sortie ! Le Petit Larousse du savoir-vivre

etrereçue6

Une règle absolue : n’arrivez jamais en avance. Le déjeuner : on invite généralement à 13h : soyez à l’heure. Le dîner : vous serez invité(e) pour 20h15 ou 20h30 : arrivez avec 10 minutes de retard. Cocktail ou buffet dinatoire : la souplesse est grande (18h ou 19h – 21h ou 22h) ; laissez au minimum un quart d’heure de délai aux maîtres de maison pour qu’ils aient fini tous leurs préparatifs. L’apéritif : soyez à l’heure ou un peu en retard. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Etrereçue5

Au déjeuner on s’habille moins que le soir. La faute de goût pour les femmes serait de porter des tenues scintillantes ou hypersexuées, des bijoux précieux. Le matin s’accommode de couleurs plus claires que le soir. De façon générale, que vous alliez à deux au restaurant, au spectacle, dîner chez des amis à la bonne franquette, ajoutez un petit plus à votre tenue de tous les jours, sans pour autant avoir l’air apprêtée. Pensez à ceux qui invitent et évitez les shorts, les jupes très courtes et les tenues excentriques. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Etrereçue4

Votre générosité doit être discrète ; ne parlez pas du prix, pensez à ôter l’étiquette et soignez l’emballage. Lorsque vous apportez un cadeau, offrez-le à un moment où vous serez seul(e) avec la maîtresse de maison ; vous pourriez gêner les autres personnes présentes qui seraient arrivées, elles, les mains vides. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Etrereçue3

Les fleurs s’offrent en pot ou en bouquet et, dans ce dernier cas, elles seront de nombre impair. N’offrez pas de fleurs sans précaution : les fleurs ont un langage, aujourd’hui un peu oublié. Dans le doute, on choisit des couleurs pâles. On n’offre pas de roses rouges, couleur de la passion, à une jeune fille. On s’abstient d’envoyer des œillets blancs (réputés pour porter malheur) et des chrysanthèmes (associés à la mort). Le Petit Larousse du savoir-vivre

Etrereçue2

Il est indispensable de répondre, dans les plus brefs délais, à une invitation et de remercier. Ne pas répondre est une marque de mauvaise éducation. Si vous refusez, remerciez et dites que vous avez beaucoup de regrets mais que vous avez un autre engagement. Un empêchement de dernière minute peut toujours survenir : téléphonez aussitôt aux maîtres de maison pour présenter vos excuses ; comme vous les embarrassez sûrement, évitez le plus possibles ces défections. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Reçue1

Informez-vous des goûts ou des besoins de celui ou celle que vous voulez gâter et ne lui offrez pas un cadeau trop dispendieux : il sera gêné et sans doute dans l’incapacité de vous rendre la pareille. Faites plutôt un cadeau original, où vous montrerez votre souci de recherche et d’ingéniosité. Les cadeaux ne doivent pas être trop personnels : la lingerie, les vêtements, les parfums, les bijoux, les objets de toilette sont à réserver à des relations d’intimité. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Recevoir10

Lorsque vous recevez chez vous pour un week-end, vos invités doivent se sentir attendus. Dès qu’ils arrivent, offrez-leur un rafraîchissement, une tasse de thé, un apéritif. Puis proposez-leur de leur montrer leur chambre en leur expliquant le plan de la maison. Laissez-leur le temps de se reposer et de ranger leurs bagages, et convenez d’une heure pour vous retrouver au salon ou au jardin. C’est à ce moment-là que vous pourrez leur donner les grandes lignes de vos habitudes, horaires de repas, organisation du petit déjeuner, activités, balades, etc. Ne les surchargez pas de recommandations, mais ne les laissez pas errer non plus. Si vous êtes simple et à l’aise, ils seront également simples et à l’aise! Le Petit Larousse du savoir-vivre.

Recevoir9

Au fur et à mesure que vos convives arrivent, vous les installez confortablement , près d’une table basse ou d’un guéridon. Vous leur présentez la tasse de la main gauche, en tenant la théière de la main droite. Après avoir rempli la tasse, vous proposez lait, sucre, citron; puis vous placez à côté de chaque convive des assiettes à dessert individuelles, munies de petites fourchettes et de serviettes. Vous faites passer alors des plats à gâteaux, coupés en parts à l’avance, et chacun se sert. Pour boire, on doit soulever sa tasse avec sa soucoupe (comme pour le café) en veillant à stabiliser la cuillère, et sans lever le petit doigt. On ne prend son assiette qu’après avoir reposé soucoupe et tasse pour éviter les équilibres instables. La tasse se repose avec la cuillère calée sur la soucoupe; elle n’est jamais laissée dans la tasse. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Etiquette_Recevoir_8

Dans les repas formalistes, le café doit se prendre dans le coin salon: la maîtresse de maison donne le signal à la fin du repas; elle propose à ses invités de « passer à côté » et elle apporte un plateau. C’est à elle qu’il appartient de servir le café, dans l’ordre hiérarchique des invités. Les convives peuvent rester debout pour se dégourdir les jambes quelques instants tout en prenant le café, ou s’asseoir commodément; il est important de prévoir des petits meubles ou une table basse pour y poser les tasses. La maîtresse de maison remplit la tasse, puis la présente sur la soucoupe à son invité; elle tend ensuite le sucrier doté, en principe, d’une pince à sucre. Le sucre en poudre n’est pas admis sur le plateau. Un assortiment de petits-fours ou de chocolats accompagnera le café. Si un invité vous a apporté quelques confiseries, c’est le moment de les offrir à vos invités. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Recevoir8

De sa main gauche, elle présente le plat posé sur une serviette, à la gauche du convive, et assez près de son assiette pour que celui-ci n’ait pas à faire d’acrobaties pour se saisir des couverts. Entre chaque convive, elle replace les couverts de service dans le bon sens. Si une sauce accompagne le plat, la saucière, tenue dans la main droite, est présentée par la droite, tout de suite après le plat. On ne sert jamais soi-même l’invité (sauf si ce dernier est handicapé et le demande). Le assiettes sont changées après chaque plat. On les retire une à une avec la main droite et on replace en même temps une assiette propre avec la main gauche. Si par hasard un couvert tombe, on le ramasse mais on ne le réutilise pas. Les assiettes sales ne sont pas empilées mais déposées hors de vue. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Recevoir6

La décoration dépend de la taille de votre table. SI vous disposez d’un large espace, vous pouvez multiplier les éléments de décoration: la décoration florale sera disposée dans diverses petites coupes parsemées sur la nappe. Vous pouvez prévoir des bougeoirs ou candélabres à bougies multicolores de part et d’autre de la table. L’harmonie recherchée des couleurs entre nappes, serviettes, fleurs, bougies, couverts et porcelaines donnera de l’élégance à votre décor. Sachez néanmoins que la nappe blanche, damassée, est d’usage pour une table de cérémonie. Le menu, imprimé sur un joli carton, figure de chaque côté de la table, de telle sorte que tous les invités puissent parvenir à le lire. Le Petit Larousse du savoir-vivre.

Recevoir5

Présentez vos amis les uns aux autres. Ne laissez personne seul dans son coin. Amorcez un sujet de conversation plaisant pour créer l’atmosphère. Accordez du temps à chacun pour un vrai dialogue. Surveillez le buffet pour qu’il soit régulièrement regarni et veillez à vos convives pendant le repas. Le petit fond musical a ses adeptes, surtout si les invités sont jeunes. En revanche, n’ajoutez pas un bruit supplémentaire, même mélodieux, si vos invités sont plus âgés, sauf si la réception est l’occasion de danser. Une bonne ambiance dépend du plaisir que vos invités auront à se retrouver et à se découvrir, plus encore que la gastronomie. Néanmoins l’estomac, autant que la raison, nous dirige. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Recevoir3

Il s’agit de ne pas faire de mécontents tout en respectant une certaine hiérarchie (âge, importance, grade des convives): l’art de bien recevoir consiste à honorer les uns sans déprécier ou vexer les autres. La maîtresse de maison prend à sa droite l’homme le plus important ou le plus âgé, tandis que le maître de maison prend à sa droite la dame la plus importante ou la plus âgée. La place à gauche des maîtres de maison est la deuxième place d’honneur. Une personne invitée pour la première fois passe avant l’invité qui est déjà venu. On alterne autant que possible homme et femme. Lorsqu’il s’agit d’un repas intime, chacun s’installe à son gré, selon les affinités. S’il s’agit d’un grand dîner, des petits cartons, posés près des verres, indiquent le nom et la place de chacun. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Reçue2

L’apéritif se sert dans le salon, dans le jardin si vous en avez un, et non dans la salle à manger. Disposez sur une table un plateau avec des verres adaptés aux différentes boissons, un récipient pour des cubes de glace, un tire-bouchon et un décapsuleur; prévoyez une bouteille d’eau gazeuse et une bouteille d’eau plate, des tranches de citron et des petites serviettes. L’apéritif sera accompagné d’amuse-gueule à grignoter, biscuits salés, petits canapés, rondelles de saucisson dont la peau aura été ôtée, fruits secs, cubes de comté, olives, tomates cerises pour ceux qui préfèrent les crudités. L’apéritif n’a pas besoin d’être copieux car il ne doit pas s’éterniser: au bout d’une demi-heure ou trois quarts d’heure, proposez de passer à table. Débarrassez discrètement les restes de l’apéritif pour ne pas les retrouver après le dîner au moment du café. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Recevoir2.jpg

Il est parfois plus difficile de recevoir que de donner. Voici quelques principes à respecter. Remerciez avant d’ouvrir le cadeau; si le donateur est présent, la politesse veut que vous l’ouvriez devant lui, à moins qu’il ne précise: « vous l’ouvrirez plus tard, quand vous serez seul(e) ». Dans ce cas, même si vous avez déjà remercié de vive voix, prenez votre téléphone le lendemain pour lui exprimer votre contentement. Attention aux petites déceptions: il faut savoir cacher son agacement quand votre belle-mère s’obstine à vous offrir des théières alors que vous ne buvez que du café. Les enfants doivent aussi apprendre à se maîtriser devant le cadeau maladroit d’une mamie ou d’un parrain, certainement bien intentionné. En effet, un cadeau n’est jamais un dû: qu’il plaise ou qu’il déplaise, il a été offert pour faire plaisir et c’est cela l’important! Le Petit Larousse du savoir-vivre

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_9be

Téléphone, e-mail, invitation de vive voix, carte de visite, carton imprimé sont les cinq façons usuelles d’inviter vos amis à une réception (déjeuner, dîner, cocktail, soirée, etc…). Les deux dernières formules sont devenues plus rares et elles supposent un certain degré de cérémonie (réceptions officielles, mariages). Les invitations se lancent un mois ou six semaines à l’avance pour une grande réception (deux mois pour un mariage), trois semaines pour un simple dîner, quelques jours voire quelques heures avant pour un repas sans façon. Vous vous efforcerez de donner des informations concernant les autres invités, et, éventuellement, la tenue à porter. N’invitez jamais quelqu’un devant une tierce personne que vous n’inviterez pas. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Rue10

Regarder fixement tout le monde ou bien fixer une personne en particulier et surtout la fixer de la tête aux pieds est un manque de civilité qui, poussé à certaines limites, s’appelle impertinence. Affecter de ne regarder personne, surtout celle à qui l’on parle ou qui vous parle, est une autre exagération dont il faut se garder. Conseils sur la politesse et les usages du monde

Rue9

Lorsque deux personnes se croisent, celui qui a le mur des maisons à droite a le droit de poursuivre son chemin sans se garer, c’est à la personne qui vient en sens contraire à se détourner et, au besoin, à descendre du trottoir. Quand deux personnes se croisent, chacune d’elle doit appuyer sur sa droite, c’est le moyen de ne pas se heurter ni s’embarrasser. Conseils sur la politesse et les usages du monde.

Rue8

Elle ne le laisse pas attaché à la porte d’une boutique plus de quelques minutes. Emmenez-le dans le caniveau s’il veut faire ses besoins et ramassez ses déjections à l’aide d’un sac en plastique (car vous risquez une amende, y compris dans le caniveau). Le petit Larousse du savoir-vivre.

Rue7

C’est le devoir de chacun de maintenir propre la voie publique. Ne crachez pas. Ne jetez pas vos tickets de métro ou de stationnement, canettes, mégots, mouchoirs usagés prospectus, ailleurs que dans une poubelle. Il est interdit d’abandonner de vieux meubles, des matelas ou des réfrigérateurs sur la voie publique. Le petit Larousse du savoir-vivre.

Rue6

Dans la rue, les préséances sont les mêmes que dans la vie privée : on laisse le passage à quelqu’un de plus âgé que soi ; on s’efface devant un handicapé (ou on l’aide) ; il faut évidemment remercier la personne qui vous cède le passage. Prenez le temps d’indiquer son orientation à quelqu’un qui s’est perdu. Le petit Larousse du savoir-vivre.

Rue5

Ne hélez pas (et ne sifflez pas !) quelqu’un que vous reconnaissez au bout de la rue, mais pressez le pas pour le rejoindre. On salue un voisin rencontré avec régularité d’un sourire ou d’un signe de tête. Ne provoquez pas des attroupements avec des amis inopinément rencontrés. Le petit Larousse du savoir-vivre.

Rue4

Elle doit tenir son corps droit, la tête droite et ne regarder que devant elle. Évitez de mettre vos mains dans vos poches, de les appuyer sur vos hanches, de les tenir sur la tête, de les frotter vivement l’une contre l’autre. Il ne faut pas faire de grandes enjambées, se pencher en avant, courber le dos. Évitez une affectation guindée, maladroite, qui vise aux grands airs, aux manières distinguées, délicates et qui n’atteint jamais qu’au ridicule. Conseils sur la politesse et les usages du monde

Rue3

Donner le bras est une attention appréciée par les personnes âgées, à qui ce geste peut éviter des embûches: le plus jeune prend alors le côté de la rue. Il faut faire attention à ne pas couper la route aux personnes âgées ni les bousculer ou les dépasser de façon brusque. Le petit Larousse du savoir-vivre

Rue2

Une mère doit tenir son enfant par la main pour l’empêcher d’avoir des élans inconsidérés et de se jeter sur la chaussée. Si l’on pousse un caddie ou une poussette, on évite d’occuper tout l’espace : un petit sourire et un mot d’excuse désarmeront les grincheux qui protestent contre les encombrements du trottoir. Le petit Larousse du savoir-vivre.

Rue1

Une femme à part marche sur le trottoir d’un pas égal, sans mouvement brusque, en respectant le flux des passants. Ne faites pas du trottoir une piste de marathon ; si vous voulez dépasser un piéton un peu lent, ne le bousculez pas et ne l’intimidez pas par votre rapidité, mais doublez-le, quand vous le pouvez, sur sa gauche. Ne marchez pas plus de deux personnes côte à côte. Excusez-vous si vous heurtez un passant par mégarde. Si vous voulez utiliser votre téléphone portable, trouvez un coin où vous n’entravez pas la circulation. Le petit Larousse du savoir-vivre

Table10

Elle attend sagement qu’on la serve ! Son voisin masculin doit prévenir son désir et remplir son verre dès qu’il le voit vide. Si elle veut du vin et si son voisin ne pense pas à remplir son verre, elle peut parfaitement, à condition d’y mettre la forme, lui demander de la servir. Pour faciliter la tâche de celui-ci, elle se contentera de faire le geste de rapprocher son verre de quelques centimètres, mais elle ne le soulèvera pas et ne l’inclinera pas. Le petit Larousse du savoir-vivre.

Table9

Les formes triangulaires se coupent en parts triangulaires, selon une ligne oblique et à partir de la pointe. Les fromages ronds, de type camembert, se coupent en quartier comme les tartes. Les fromages carrés se coupent en languettes à partir du centre s’ils sont servis par moitié, ou, s’ils sont servis en diagonale, en quartiers à partir de l’angle coupé en diagonale. Les fromages en meule se coupent en portions triangulaires. Le petit Larousse du savoir-vivre

Table8

On rompt le pain en petits morceaux avec les doigts au fur et à mesure qu’on le consomme. On ne mord jamais dedans et on ne le coupe pas avec son couteau. Ne saucez pas votre assiette avec du pain. En famille ou dans un repas très intime, on tolère de saucer avec un petit morceau de pain piqué au bout de la fourchette. Ne vous amusez pas à faire de petites boules avec la mie du pain et ne jouez pas avec les miettes. Le petit Larousse du savoir-vivre

Table7

Ne déployez pas entièrement votre serviette, n’en passez pas un bout dans le revers de votre gilet, laissez-la simplement ouverte sur vos genoux. Conseils sur la politesse et les usages du monde, comtesse de Boissieux. Essuyez-vous les lèvres entre chaque plat, avant de boire et après avoir bu. Le petit Larousse du savoir-vivre

Table6

En France, comme en Italie, on tient ses mains posées au bord de la table, de chaque côté de l’assiette, avec le pouce replié. A l’inverse, en Angleterre, comme aux États-Unis et au Japon, les mains sont cachées sous la table et posées sur les genoux. Les coudes sont tenus serrés contre le corps de manière à ne pas empiéter sur l’espace du voisin. Le petit Larousse du savoir-vivre.

Table5

De cet axiome résulte le devoir de ne pas ajouter une trop grande importance au fonds même du repas. Ainsi, on évitera de louer ou de critiquer les mets qui sont servis ; on s’abstiendra de porter ou de maintenir la conversation sur ce qui a rapport à la table. On accoutumera les enfants à se comporter avec décence et propreté, on les empêchera de désigner ce qui flatte leur goût, de se servir eux-mêmes quoi que ce soit, de manger gloutonnement et au-delà de ce qu’exige le besoin. Conseils sur la politesse et les usages du monde, comtesse de Boissieux

Table4

Elle prend le morceau qui se présente devant elle sans choisir, ni hésiter une heure, ni faire tourner le plat sur lui-même. On se sert avec modération : le plat repassera (sauf le potage, la salade et le fromage). Il faut se servir de chaque plat proposé, ne serait-ce que symboliquement : il est impoli de refuser un mets sous prétexte qu’on ne l’aime pas. Le petit Larousse du savoir-vivre

Table3

Elle coupe ses aliments au fur et à mesure qu’elle les mange, et ne porte que des petits morceaux à sa bouche. Elle ne lève pas le petit doigt, ce geste est faussement élégant. Elle ne porte pas le couteau à sa bouche. Elle ne tient pas ses couverts dressés verticalement : ce serait à la fois inélégant et dangereux. Le petit Larousse du savoir-vivre.

Table2

« Ayez soin, par conséquent, de poser le couteau quand vous avez coupé les morceaux, et de le remplacer par la fourchette. Ceci est la manière de manger à la française la plus gracieuse et la seule reçue en chez nous (Conseils sur la politesse et les usages du monde, comtesse de Boissieux).
Levez le coude et portez franchement le couvert jusqu’à la bouche au lieu de pencher le buste sur l’assiette. Lorsque l’aliment tient difficilement sur la fourchette, il est permis de s’aider d’un bout de pain saisi avec la main gauche pour le pousser vers la fourchette, on peut aussi, selon l’usage anglo-saxon, pousser l’aliment avec la pointe du couteau (Le petit Larousse du savoir-vivre).
« 

Table1

« Ne faites pas de bruit de succion et fermez la bouche en mastiquant. Ne parlez pas la bouche pleine. Ne mordez pas dans votre pain. Ne touchez pas les aliments avec vos doigts. Ne soufflez pas sur un plat pour le refroidir. N’allongez pas votre bras sous le nez du voisin pour attraper quelque chose, demandez poliment. Ne posez sur la table ni vos lunettes ni votre téléphone portable ». Le petit Larousse du savoir-vivre

Beauté10

« Je veux aussi que les femmes, vêtues d’une manière décente, avec pudeur et modestie, ne se parent ni de tresses, ni d’or, ni de perles, ni d’habits somptueux, mais qu’elles se parent de bonnes œuvres, comme il convient à des femmes qui font profession de servir Dieu » 1 Timothée, II

Beauté9

« J’ai cherché l’Éternel, et Il m’a répondu; Il m’a délivré de toutes mes frayeurs. Quand on tourne vers Lui les regards, on est rayonnant de joie, Et le visage ne se couvre pas de honte. » Psaume, XXXIV, 5

Beauté8.jpg

« La force est la gloire des jeunes gens, et les cheveux blancs sont l’ornement des vieillards. » Proverbes, XX, 29

Beauté7

« Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d’entrailles de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience. Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi. » Colossiens, III, 12

Beauté6

« Femmes, soyez de même soumises à vos maris, afin que, si quelques-uns n’obéissent point à la parole, ils soient gagnés sans parole par la conduite de leurs femmes, en voyant votre manière de vivre chaste et réservée » 1 Pierre, III, 1

Beauté5

« La grâce est trompeuse, et la beauté est vaine; la femme qui craint l’Eternel est celle qui sera louée » Proverbes, XXXI, 30

Beauté4

« Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec charité, vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix » Ephésiens, IV, 2

Beauté3

« Ses voies sont des voies agréables, et tous ses sentiers sont paisibles. Elle est un arbre de vie pour ceux qui la saisissent, Et ceux qui la possèdent sont heureux » Proverbes, III, 17

Beauté2

« Ayez, non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d’or, ou les habits qu’on revêt, mais la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu » 1 Pierre, III, 3

Beauté intérieure1

« Et l’Éternel dit à Samuel: Ne prends point garde à son apparence et à la hauteur de sa taille, car je l’ai rejeté. L’Éternel ne considère pas ce que l’homme considère; l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Éternel regarde au cœur. » 1 Samuel, XVI, 7

Etiquette9

Nous ne sommes par forcément maîtres des bruits émis par notre corps, qui peuvent devenir gênants dans le silence et en présence d’autrui, et qu’il faut s’efforcer d’atténuer pour les rendre supportables à notre prochain. Pour tousser, mettre la main devant la bouche. En cas de quinte irrépressible, se mettre à l’écart. Le bâillement peut se combattre ou du moins se réprimer avec un peu de volonté. Si c’est impossible, le cacher derrière sa main. Penser à s’écarter lorsqu’on éternue. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Etiquette7

« Utilisez votre main droite, même si vous êtes gauchère. Regardez dans les yeux, ni trop longtemps ni trop peu. Secouez la main une ou deux fois, pas plus. Ayez une poignée de main ferme, ni trop molle ni trop dure. Souriez ! » A bluffers’s guide to etiquette

Etiquette6

La politesse commence par apprendre à saluer. C’est en principe la personne la plus importante socialement, la plus âgée ou la femme qui tend la main en premier. On ne dit ni « bonjour », ni « salut », mais « bonjour monsieur » ou « bonjour madame ». Un « comment allez-vous ? » accompagne le salut, auquel la seule réponse polie est « Merci, et vous-même ? » : le moment n’est pas au bilan de santé. Le Petit Larousse du savoir-vivre.

Etiquette5

« L’exactitude est la politesse des rois » affirmait Louis XVIII. Elle s’apprend dès le plus jeune âge. Pour les retards qui ne dépendent pas de vous, prévenez par téléphone, et si vous êtes invitée à dîner proposez de commencer sans vous. En arrivant, présentez vos excuses. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Etiquette5

« Les parfums capiteux sont à utiliser avec modération voire à proscrire, car ils peuvent incommoder. Dans la journée, il faut leur préférer des eaux de toilette légères ou se contenter de crèmes parfumées pour la peau. Il ne faut pas se vaporiser constamment, même si nos narines habituées à sa fragrance ne la sentent plus » Le Petit Larousse du savoir-vivre

Etiquette4

« Une femme à part se maquille de façon naturelle, et jamais en public. Le maquillage est destiné à rehausser la beauté et masquer les imperfections mais il n’est pas un replâtrage et il ne doit pas fier les expressions par lesquelles chacun de nous communique avec les autres ». Le Petit Larousse du savoir-vivre

40946736_1166723890150063_6559601403973599232_n

« Une femme à part ne se penche pas en avant pour se baisser. Si elle doit ramasser quelque chose par exemple, elle plie les genoux et garde le dos droit » The Ladysim

Etiquette3.jpg

« Que ce soit en journée, en soirée ou à une cérémonie, une femme à part ne porte jamais de jupe ni de robe au-dessus du genou. »  A bluffer’s guide to etiquette

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_5d8

Il convient de rire à propos, lorsque l’atmosphère s’y prête, en évitant les gloussements, les hurlements, les pouffements, les ricanements ou les grimaces. Le rire doit pouvoir se maîtriser et s’arrêter, surtout s’il n’est pas partagé par votre entourage, et ne doit jamais s’exercer aux dépens d’autrui. Le Petit Larousse du savoir-vivre

 

40321127_1162328443922941_7620747901370630144_n

Une femme qui se veut élégante évite les postures garçonnières. On attend d’elle plus de grâce qu’un homme : elle s’assied en serrant les genoux et, si elle croise les jambes, elle doit veiller à garder une position décente, les pieds légèrement en retrait, les chevilles rapprochées. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Crédit photo: Pexels, Julia Engel & Kensington Royal.