Être reçue

etrereçue10

On ne transige pas avec cette vieille coutume qui voulait que dans les huit jours suivant le départ, l’invité écrive une belle lettre aux invitants pour les remercier. Cette obligation s’est cependant simplifiée : quelques lignes sur une carte postale, un coup de téléphone pour dire qu’on est bien arrivés, un e-mail suffisent pour remercier. Mais si vos hôtes sont plutôt traditionnalistes, prenez votre plume, dites votre gratitude et évoquez quelques-uns des bons moments que vous avez passés ensemble. Le Petit Larousse du savoir-vivre

etrereçue9

Il faut savoir partir avant que votre présence ne devienne pesante. Lorsque vous partez, vous pliez vos draps, vos taies d’oreiller et vos serviettes sales que vous laissez empilés sur une chaise et vous replacez les couvertures pliées sur le lit. Vous pouvez demander où se trouver l’aspirateur, mais la maîtresse de maison s’empressera de vous interdire toute tâche ménagère. Manifestez à vos hôtes le plaisir qui fut le vôtre, sans demander à être réinvitée ! Le Petit Larousse du savoir-vivre

etrereçue8

Savoir partir, ne pas s’incruster, est un art. Respectez les horaires lorsqu’ils sont mentionnés dans l’invitation. C’est à la personne la plus importante, la plus âgée ou la plus fatiguée de donner le signal du départ en se levant : elle peut alors demander aux autres convives de se rasseoir et les prier de ne pas l’imiter pour ne pas raccourcir la fête. Si l’on doit partir de très bonne heure, il est délicat de prévenir la maîtresse de maison avant le repas en donnant une excuse (santé fragile, train à prendre de bonne heure le lendemain, baby-sitter à libérer). Il faut alors filer à l’anglaise pour ne pas gêner les autres convives ni interrompre une conversation, ce qui n’implique pas d’oublier de remercier. Le Petit Larousse du savoir-vivre

etrereçue7

Il n’est pas nécessaire d’arriver à l’heure exacte à un cocktail mais il faut respecter quelques règles valables pour tous les buffets. N’entrez jamais dans une salle de réception le manteau ou l’imperméable sur le dos ; laissez-le au vestiaire. Saluez dès votre arrivée les maîtres de maison. Ne retenez pas le maître de maison dans une conversation trop longue, il doit bavarder avec tous ses invités. Ne vous jetez pas sur la nourriture. Ne montez pas la garde auprès du buffet en empêchant les autres d’y accéder, mais circulez d’un groupe à l’autre, en gardant au besoin votre verre à la main. Sachez partir lorsque la salle se vide, lorsque le buffet ne se renouvelle plus et que les maîtres de maison poussent aimablement et discrètement leurs derniers invités vers la porte de sortie ! Le Petit Larousse du savoir-vivre

etrereçue6

Une règle absolue : n’arrivez jamais en avance. Le déjeuner : on invite généralement à 13h : soyez à l’heure. Le dîner : vous serez invité(e) pour 20h15 ou 20h30 : arrivez avec 10 minutes de retard. Cocktail ou buffet dinatoire : la souplesse est grande (18h ou 19h – 21h ou 22h) ; laissez au minimum un quart d’heure de délai aux maîtres de maison pour qu’ils aient fini tous leurs préparatifs. L’apéritif : soyez à l’heure ou un peu en retard. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Etrereçue5

Au déjeuner on s’habille moins que le soir. La faute de goût pour les femmes serait de porter des tenues scintillantes ou hypersexuées, des bijoux précieux. Le matin s’accommode de couleurs plus claires que le soir. De façon générale, que vous alliez à deux au restaurant, au spectacle, dîner chez des amis à la bonne franquette, ajoutez un petit plus à votre tenue de tous les jours, sans pour autant avoir l’air apprêtée. Pensez à ceux qui invitent et évitez les shorts, les jupes très courtes et les tenues excentriques. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Etrereçue4

Votre générosité doit être discrète ; ne parlez pas du prix, pensez à ôter l’étiquette et soignez l’emballage. Lorsque vous apportez un cadeau, offrez-le à un moment où vous serez seul(e) avec la maîtresse de maison ; vous pourriez gêner les autres personnes présentes qui seraient arrivées, elles, les mains vides. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Etrereçue3

Les fleurs s’offrent en pot ou en bouquet et, dans ce dernier cas, elles seront de nombre impair. N’offrez pas de fleurs sans précaution : les fleurs ont un langage, aujourd’hui un peu oublié. Dans le doute, on choisit des couleurs pâles. On n’offre pas de roses rouges, couleur de la passion, à une jeune fille. On s’abstient d’envoyer des œillets blancs (réputés pour porter malheur) et des chrysanthèmes (associés à la mort). Le Petit Larousse du savoir-vivre

Etrereçue2

Il est indispensable de répondre, dans les plus brefs délais, à une invitation et de remercier. Ne pas répondre est une marque de mauvaise éducation. Si vous refusez, remerciez et dites que vous avez beaucoup de regrets mais que vous avez un autre engagement. Un empêchement de dernière minute peut toujours survenir : téléphonez aussitôt aux maîtres de maison pour présenter vos excuses ; comme vous les embarrassez sûrement, évitez le plus possibles ces défections. Le Petit Larousse du savoir-vivre

Reçue1

Informez-vous des goûts ou des besoins de celui ou celle que vous voulez gâter et ne lui offrez pas un cadeau trop dispendieux : il sera gêné et sans doute dans l’incapacité de vous rendre la pareille. Faites plutôt un cadeau original, où vous montrerez votre souci de recherche et d’ingéniosité. Les cadeaux ne doivent pas être trop personnels : la lingerie, les vêtements, les parfums, les bijoux, les objets de toilette sont à réserver à des relations d’intimité. Le Petit Larousse du savoir-vivre