Comment s’habiller lorsqu’il fait chaud?

En ce moment en France sévit la canicule avec pas moins de 40 degrés aujourd’hui à Paris au soleil. La tentation est alors grande de raccourcir la longueur de ses jupes, de porter des débardeurs et d’oublier les règles élémentaires de décence. Mais comment faire pour rester correcte tout en limitant les désagréments liés aux très hautes températures? Nul besoin de porter des shorts et des mini-jupes, voici quelques astuces pour vous aider à bien choisir vos vêtements cet été.

Tout d’abord, choisissez des matières qui « respirent » et qui limitent la transpiration: coton (mousseline, crêpe…) et lin par exemple. Contrairement aux matières synthétiques, ces tissus vous éviteront de vous retrouver en nage au bout de quelques minutes passées au chaud. Privilégiez les coupes évasées et les habits confortables: les vêtements amples vous aideront à ne pas vous sentir serrée et collée dans vos vêtements car ils permettent à l’air de passer. Les robes sont d’ailleurs très recommandées en cas de fortes chaleurs, et vous permettent d’être à la fois à l’aise et élégante. Vous pouvez aussi porter un shorty en desssous de vos robes et de vos jupes pour plus de confort si vous transpirez beaucoup.

Côté couleurs, n’hésitez pas à porter du clair, des tons pastels: le blanc réfléchit la lumière alors que le noir l’absorbe. Des tests de température des vêtements ont été menés et montraient qu’en plein soleil une robe blanche était à 40° vs. une robe noire qui atteignait les 47°, différence qui est loin d’être négligeable! Si vous avez des robes sans manches dans vos placards, portez par-dessus un léger boléro en coton ou en crochet, vous n’aurez pas beaucoup plus chaud et vous serez à la fois protégée des UV et en même temps décente 😉

Pour les chaussures, privilégiez là aussi le confort et l’aération: sandales, ballerines, jolies espadrilles accordées à votre tenue. Pas besoin de porter des tongs pour laisser ses pieds respirer, et vous resterez ainsi tout à fait chics! Lorsque vous sortez, n’oubliez pas votre chapeau et pourquoi pas votre éventail, cela sera une façon très féminine de rester au frais 🙂 Vous pouvez aussi vous munir d’un petit brumisateur. Attention à ne pas porter de parfums trop lourds, préférez-y plutôt les eaux de toilettes légères et florales. Soyez également prudente avec le maquillage, choisissez des textures légères et naturelles, qui ne vont pas vous gêner ou couler.

Chapeau.jpg

Si malgré toutes ces astuces vous avez un peu chaud, ce qui est fort probable, n’oubliez pas qu’ «il existe des valeurs supérieures à maintenir, bien plus nécessaires que les commodités passagères» (Cardinal Siri).

Nos valeurs morales nécessitent parfois quelques sacrifices qui ne sont rien en comparaison du mal que nous pourrions faire en laissant de côté notre pudeur et notre décence sous prétexte qu’il fait chaud.

Pour conclure, je vous recommande de relire cet article sur la pudeur: « En travaillant à être belles, vraiment belles, élégantes et modestes, nous aiderons nos hommes à rester tempérants et donc forts, prudents et justes. Le jeu en vaut la chandelle. Avoir de belles idées et ne jamais en vivre est de l’hypocrisie, du libéralisme, de la folie et dans ce cas nous ne pouvons pas trouver le bonheur. »

Crédits Photos: Pinterest®

5 réflexions sur “Comment s’habiller lorsqu’il fait chaud?

  1. Rédaction dit :

    Je crains malheureusement que ce site, comme bien d’autres, n’ait été atteint de l’immodestie et c’est bien dommage. J’ai remarqué beaucoup de fautes d’immodestie et d’atteintes à la pudeur dans ces pages, comme des images de filles aux jupes au-dessus des cuisses… La photo Été 3 sur cette page porte des échancrures immodestes, une autre robe est trop moulante (Photo Tenue Été), les filles se tiennent parfois de manière immodeste pour poser… Pour avoir une idée de ce qu’est la modestie, rien de mieux que regarder les photos des saints :

    https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Galg_gem.jpg?uselang=fr
    https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Photograph_of_Saint_Maria_Goretti,_1902.jpg?uselang=fr
    https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Francesca_Cabrini.JPG?uselang=fr

    Si vous le souhaitez, vous pouvez lire ceci.

    DISCOURS de Pie XII AU CONGRÈS DE L’UNION LATINE DE HAUTE COUTURE (8 novembre 1957)
    L’Eglise ne blâme donc pas et ne condamne pas la mode, quand elle est destinée à la juste dignité et au juste ornement du corps ; toutefois, elle ne manque jamais de mettre les fidèles en garde contre ses faciles égarements.

    Cette attitude positive de l’Eglise dérive de motifs bien plus élevés que ceux purement esthétiques et hédonistes adoptés par un retour de paganisme. Elle sait et enseigne que le corps humain, chef-d’oeuvre de Dieu dans le monde visible, lequel est au service de l’âme, fut élevé par le divin Rédempteur à la dignité de temple et d’instrument du Saint-Esprit et doit être respecté en tant que tel. Sa beauté ne devra donc pas être exaltée comme une fin en elle-même, encore moins de façon à avilir cette dignité acquise.

    Sur le terrain concret, il est incontestable qu’à côté d’une mode honnête on en trouve une autre impudente, cause de trouble chez les esprits raisonnables, si ce n’est même incitation au mal. Il est toujours ardu d’indiquer par des règles universelles les frontières entre l’honnêteté et l’indécence, parce que l’évaluation morale d’une parure dépend de nombreux facteurs ; toutefois ce qu’on appelle la relativité de la mode par rapport aux temps, aux lieux, aux personnes, à l’éducation n’est pas une raison valable pour renoncer « a priori » à un jugement moral sur telle ou telle mode, lorsqu’elle dépasse les limites de la pudicité normale.

    Celle-ci perçoit immédiatement, sans presque même avoir été interrogée, où se trouvent l’impudence et la séduction, l’idolâtrie de la matière et le luxe ou seulement la frivolité ; et si les artisans de la mode impudique sont habiles dans une sorte de contrebande de la perversion, en la mêlant à un ensemble d’éléments esthétiques, honnêtes en eux-mêmes, la sensualité humaine est malheureusement encore plus adroite à la découvrir et prête à en subir l’attrait.

    Une très grande sensibilité dans la perception de la menace du mal, ici comme ailleurs, ne constitue nullement un titre de blâme pour celui qui en est pourvu, comme si c’était seulement l’effet d’une dépravation intérieure ; c’est au contraire le signe de la pureté d’esprit et de la vigilance à l’égard des passions. Mais si vaste et mouvante que puisse être la relativité morale de la mode, il y a toujours un absolu à sauver, après avoir écouté l’avertissement de la conscience qui constate le danger : la mode ne doit jamais fournir une occasion proche de péché.

    Dans tous les cas où l’on cherche à accentuer la beauté morale de la personne, la coupe du vêtement sera de nature à éclipser presque la beauté physique dans l’ombre austère où elle se cache, pour détourner d’elle l’attention des sens et concentrer au contraire la réflexion sur l’esprit.
    https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=3&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwjtz5fM4tTUAhXMLsAKHYB6DmsQFggyMAI&url=http%3A%2F%2Fwww.clerus.org%2Fbibliaclerusonline%2Fes%2Fcp3.htm&usg=AFQjCNH-MoabkRoaWfljmlt9SFjabJnfzA

    J'aime

    • marieelsapoppins dit :

      Bonjour,

      Merci pour votre commentaire, il est important d’avoir des retours et des critiques constructives pour que le site reste impeccable. J’ai changé la photo de la robe qui était en effet trop échancrée, je n’avais pas regardé d’assez près. Concernant l’autre robe, elle est cintrée et ajustée mais pas moulante, surtout si l’on regarde la morphologie de la personne qui la porte! Je suis très étonnée que vous ayez pu trouver quelque part ici des photos de « filles en jupes au-dessus des cuisses », c’est un peu comme si vous me disiez qu’il y avait des photos de filles en pantalon, c’est impossible 😉
      Concernant les photos de filles qui ne posent pas de façon modeste, n’hésitez pas à me dire lesquelles, j’essaie de faire attention à ce que non seulement les habits mais aussi l’attitude soient décents, mais il se peut que certaines photos m’échappent malheureusement.
      Je vous remercie pour le texte de Pie XII, je ne connaissais pas celui-ci et je le garde « sous le coude » pour le publier à l’occasion, ici ou sur la page Facebook.

      J'aime

      • marieelsapoppins dit :

        Merci pour ces explications et le texte détaillé de Saint Jean-Baptiste de la Sales. J’avais déjà parlé dans plusieurs articles de l’importance de bien se tenir qui est cruciale notamment pour une question d’élégance mais aussi de modestie bien évidemment. Ce texte de Pie XII je le connaissais et je l’ai même déjà cité 😉
        Je vais laisser les photos dont vous m’avez parlé car je ne trouve pas que la tenue de ces femmes soit provocante ou choquante. Cependant je tiens bien en compte vos conseils et je ferai mon possible pour trouver les photos les plus irréprochables possible à l’avenir. Cependant je pense que vous savez comme moi qu’il est déjà bien difficile de trouver de jolies photos avec des vêtements décents… je ferai de mon mieux 🙂
        N’hésitez pas si vous avez d’autres commentaires sur le site ou la page Facebook, et même pourquoi pas des idées d’article.

        J'aime

  2. Rédaction dit :

    Merci beaucoup pour votre commentaire. 🙂 Je vais essayer de vous donner un peu mon point de vue sur les tenues (et celles qui les portent) dans ce cas. Comme dit le Pape, c’est difficile de savoir ce qui se porte de ce qui ne se porte pas. Il y a ici une façon relative de voir les choses. Donc, le fait que vous ne soyez pas forcément du même point de vue est assez normal. D’ailleurs, votre initiative pour plus de pureté est à saluer. Sur cette même page, les attitudes mannequins comme la fille qui montre son pied de manière ostensible (Couleurs claires), la fille qui incline légèrement la tête et tient ses jambes croisées (Eté 2) n’est pas modeste. Ce genre de petits détails (qui tuent parfois) n’est évidemment pas forcément visible par tous.

    Saint Jean-Baptiste de la Salle a écrit un livre à propos de la bienséance, et il va jusqu’à tenir compte du port de tête : http://www.revuedlf.com/wp-content/uploads/2016/01/Les-r%C3%A8gles-de-la-biens%C3%A9ance-et-de-la-civilit%C3%A9-chr%C3%A9tiennes-%C3%A0-l%E2%80%99usage-des-%C3%A9coles-chr%C3%A9tiennes.pdf

    « Comme il est d’une naissance élevée, parce qu’il appartient à Jésus-Christ et qu’il est enfant de Dieu, qui est le souverain Être, il ne doit rien avoir ni rien faire remarquer de bas dans son extérieur, et tout y doit avoir un certain air d’élévation et de grandeur, qui ait quelque rapport à la puissance et à la majesté du Dieu qu’il sert et qui lui a donné l’être *, mais qui ne vienne pas d’estime de soimême et de préférence aux autres ; car tout chrétien, devant se conduire selon les règles de l’Évangile, doit porter honneur et respect à tous les autres, les regardant comme les enfants de Dieu et les frères de Jésus-Christ ** – et, se considérant comme un homme chargé de péchés, il doit pour cela s’humilier continuellement, se mettre au-dessous de tous.

    Lorsqu’on est debout, il faut tenir le corps droit, sans le pencher ni d’un côté, ni d’un autre, et ne pas se courber en devant comme un vieillard qui ne peut plus se soutenir. Il est aussi très indécent de se redresser avec affectation, de s’appuyer contre une muraille ou contre quelque autre chose, de faire des contorsions de corps et de s’allonger avec indécence *.

    Quand on est assis, il ne faut pas s’étendre lâchement, ni s’appuyer bien fort contre le dossier de la chaise ; il est indécent d’être assis trop bas ou trop haut, à moins qu’on ne puisse faire autrement, et il vaut mieux ordinairement être assis trop haut que trop bas ; mais quand on est en compagnie, il faut toujours, particulièrement aux femmes, donner les sièges les plus bas, comme les plus commodes *.

    Le froid, ni par * une autre souffrance ou incommodité, ne doit pas nous faire tenir dans une posture indécente, et il est contre la bienséance de faire paraître par ses contenances qu’on a quelque incommodité, à moins qu’on ne puisse faire autrement. C’est aussi une marque d’une trop grande tendresse et délicatesse, lorsqu’on ne peut rien souffrir sans le faire paraître à l’extérieur.

    Pour tenir la tête avec bienséance, il faut l’avoir droite sans la baisser ni la pencher ou à droite ou à gauche ; il faut se bien garder de la serrer ou enfoncer entre les deux épaules ; la tourner à tout vent, cela est d’un esprit léger, et la remuer souvent est la marque d’une personne inquiète et embarrassée.

    C’est une liberté qu’il ne faut jamais se donner, d’appuyer la tête avec la main, comme si on ne pouvait la soutenir. » Saint Jean-Baptiste de la Salle.

    Pour Pie XII, je pense que vous aimerez un certain nombre de textes qu’il a fait pour les jeunes filles, les femmes et leurs vêtements, à propos du féminisme, des mouvements féminins, des jeunes époux… En particulier, il existait un mouvement qui s’appelait « la Croisade de la pureté », il y avait les « Enfants de Marie », inspiré par le Christ à sainte Catherine Labouré, et ces mouvements ont pu recevoir les encouragements et les conseils des Souverains Pontifes. Tout cela est tombé en désuétude et la marée du scandale a augmenté comme une boue fétide.

    ALLOCUTION AUX JEUNES FILLES DE L’ACTION CATHOLIQUE
    (6 octobre 1940)

    Vous avez inscrit cette année en tête de vos projets et de vos initiatives la grande croisade de la pureté, cette pureté dont la gardienne est la modestie. Comme la nature a mis en chaque créature un instinct qui la pousse et la porte à défendre sa propre vie et l’intégrité de ses membres, ainsi la conscience et la grâce qui ne détruit pas mais perfectionne la nature, infusent dans les âmes comme un sens qui les met en garde vigilante contre les dangers qui menacent leur pureté. Cela est spécialement caractérisé chez la jeune fille chrétienne. On lit dans la Passion des saintes Perpétue et Félicité, considérée à bon droit comme un des plus précieux joyau de l’ancienne littérature chrétienne, que, lorsque dans l’amphithéâtre de Carthage la martyre Vibia Perpétue lancée en l’air par une vache très féroce retomba dans l’arène, son premier soin et son premier geste furent de rajuster sa tunique, qui s’était déchirée, sur le flanc pour le recouvrir, plus attentive encore à la pudeur qu’à la douleur, pudoris potius memor quam doloris.

    Mode et modestie devraient bien aller et marcher ensemble comme deux soeurs, puisque les deux mots ont la même étymologie, du latin modus qui veut dire juste mesure, en deçà et au-delà de laquelle ne peut se trouver le juste ou le raisonnable5. Mais la modestie n’est plus de mode ! Semblable à ces pauvres aliénés qui, ayant perdu l’instinct de la conservation et la notion du danger, se jettent dans le feu ou dans les fleuves, bien des âmes féminines, oublieuses dans leur ambitieuse vanité de la modestie chrétienne, courent misérablement au-devant des dangers où leur pureté peut trouver la mort. Elles subissent la tyrannie de la mode, même immodeste, d’une manière telle qu’elles paraissent n’en même plus soupçonner l’inconvenance ; elles ont perdu le sens même du danger, l’instinct de la modestie. Aider ces malheureuses à reprendre conscience de leurs devoirs sera votre apostolat, votre croisade au milieu du monde : « Que votre modestie paraisse à tous les regards » (Ph 4,5).

    Votre apostolat agira avant tout par l’exemple. Il appartiendra à votre très aimée présidente, à vos sages dirigeantes de vous apprendre comment avant de porter un vêtement vous devez demander à votre conscience de quelle façon le jugera Jésus-Christ ; de vous

    5 Hor. Serm. I, 1, 106-107.

    avertir qu’avant d’accepter une invitation, vous devez considérer si votre invisible et céleste ange gardien pourra vous suivre en semblable rendez-vous sans se couvrir la face de ses ailes. Elles vous indiqueront quels spectacles, quelles compagnies, quelles plages vous devez éviter ; elles vous montreront comment une jeune fille peut être moderne, cultivée, sportive, pleine de grâce, de naturel et de distinction, sans se plier à toutes les vulgarités d’une mode malsaine, conservant un visage qui ignore les artifices comme l’âme dont il est le reflet, un regard sans ombres ni intérieures ni extérieures, mais à la fois réservé, sincère et franc. Pour la défense, généreusement active, de votre pureté, Nous vous recommandons par-dessus tout la prière et d’une façon spéciale le culte de la sainte Eucharistie et de la Vierge immaculée à laquelle vous êtes consacrées.

    http://www.clerus.org/bibliaclerusonline/pt/cjr.htm

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s