« La joie est le plus grand bien de l’homme »

Joie.png

Écrit par le moine capucin Ambroise de Lombez au XVIIIème siècle, ce petit Traité de la joie n’en reste pas moins très actuel et plein de ressources pour nous aider à affronter la vie avec joie, malgré les difficultés. C’est un livre pratique qui donne des remèdes très simples et très concrets pour retrouver le sourire et un cœur profondément joyeux, sans sombrer pour autant dans la caricature de l’idiot heureux qui sourira bêtement toute la journée. En ces temps de dépression saisonnière, je me propose de vous en faire un rapide résumé qui je l’espère vous donnera quelques clés pour affronter les difficultés de la vie et les coups de blues avec plus de sérénité 🙂

Je vous livre ici les idées majeures de chaque chapitre, un peu sous forme de notes, mais je vous mets à la fin de l’article le lien où vous pourrez vous procurer l’ouvrage complet.

1 – La joie est bonne et louable

« La joie est, après la vertu et la paix dont elle est la source, le plus grand bien de l’homme dans ce monde ». Ce ne sont pas les richesses, la gloire, les plaisirs…c’est la joie, qui ne peut pas être dissociée de la vertu. Se réjouir de ce que nous sommes et de ce que nous avons, qui nous a été donné par la Providence, est donc légitime tant que cela reste modéré et que cela ne nous entraîne pas dans des passions déréglées. Il faut distinguer une joie naturelle et humaine d’une joie toute céleste et divine qui naît dans le cœur et s’y entretient, sans égard pour les circonstances extérieures et changeantes.

2 – La joie est utile

« La joie est utile à la vertu, utile aux affaires, utiles à la société, utile à tout bien ». Elle permet un apprentissage plus doux des vertus, elle nous aide à mieux supporter le travail; elle favorise la communication entre les personnes et le renforcement des liens d’amitié.

3 – La joie est nécessaire à l’homme

« La joie donne de l’agrément à tout ce qu’on dit et à tout ce qu’on fait ». La joie change la disposition du cœur et fait voir la vie, même pleine d’épreuves, d’une façon moins amère. La tristesse limite notre charité (difficile de consoler les affligés ou les réconforter si nous sommes nous-mêmes empreints de tristesse) et trouble notre esprit.

4 – Dieu veut que vous soyez toujours dans la joie

Dieu nous a créées à son image, et Il est joie et charité. « La suprême félicité qui nous attend consiste dans la joie inaltérable du Seigneur ». Dieu nous a créés pour participer à son bonheur, et le bonheur éternel consiste dans la joie: « entrez dans la joie du Seigneur » (Mt XV, 21). La joie doit accompagner nos prières et nos demandes faites au bon Dieu. « Rire est une propriété naturelle de l’homme, et par conséquent l’ouvrage du créateur. Le péché n’a gâté cet ouvrage que par l’excès: ôtez l’excès et conservez l’ouvrage (…) La joie d’un chrétien doit être de tous les temps, mais elle doit être modeste, édifiante et modérée par le respect qu’il doit à la présence de Dieu ».

5 – Que tous les saints ont été dans la joie

Tous les écrits des apôtres nous y exhortent, même les martyrs étaient comblés de joie au milieu de leurs souffrances. Les ermites eux-mêmes combattaient la tristesse, et la paix et la joie pouvaient se lire sur leur visage. L’auteur donne alors quelques exemples de saints connus pour leur grande joie malgré leurs épreuves.

6 – Remèdes à la tristesse

Ambroise de Lombez recommande de ne pas laisser la tristesse s’installer, il faut essayer de l’éloigner dès que l’on sent qu’elle arrive. Parfois il faut faire travailler notre raison et notre volonté, lorsque la source de la tristesse est un revers de fortune, une rancune, l’infidélité d’un ami etc. Le second remède est la prière, puis la conversation avec des amis. Vient ensuite, si nécessaire, le recours à la médecine. On peut aussi se promener, faire de l’exercice. Pourquoi pas boire un peu de vin, écouter une belle musique. Tout ceci soulage l’âme, nous change les idées et nous aide à retrouver la joie en contemplant/écoutant la Beauté.

7 – Réflexions et sentiments sur la joie

La dernière partie du Traité de la joie est composé de diverses réflexions sur la joie, dont je vous livre quelques extraits ici.

« Aimez Dieu et vous aurez la joie. Ayez la joie et vous aimerez Dieu ».

« Si vous refusez la sainte joie que Dieu vous offre en ce monde, il est bien à craindre que vous n’ayez l’éternelle tristesse dans l’autre ».

« On se fait à tout quand on est dans la joie; au lieu que la tristesse rend tout insipide et dégoûtant. Elle nous rend de mauvaise humeur envers les autres, envers nous-mêmes, quelquefois même envers Dieu ».

« Les personnes vraiment pieuses sont contentes, toujours la joie dans le cœur et la gaieté sur le visage, elles s’estiment heureuses et le sont, et elles peuvent le persuader aux autres».

« Pour avoir une joie constante, il faut la chercher dans Celui qui est immuable ».

Si vous souhaitez lire l’ouvrage complet d’Ambroise de Lombez, vous pouvez vous le procurer ici. En commandant ce livre sur Amazon et à partir de mon site, vous me permettez de toucher une modeste commission et ainsi de financer la maintenance et la mise à jour de ce site 🙂 Merci d’avance 😉

Traité de la joie

Crédits photo: Pexels

3 réflexions sur “« La joie est le plus grand bien de l’homme »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s