Les portraits de l’été: Cécile, sage-femme et animatrice de formations Trésors de Femme

Portrait_Cécile.jpg

C’est grâce à l’une d’entre vous que j’ai pu faire la connaissance de Cécile, sage-femme de formation. Elle anime également des formations appelées Trésors de Femme qui, comme elle nous l’explique aujourd’hui, aident les femmes à mieux connaître leur féminité et leurs cycles. Cela peut vous paraître anodin mais c’est en fait une démarche très importante et même cruciale lorsqu’on souhaite s’approprier ou réapproprier son corps de femme et le respecter tel qu’il a été créé. Sans plus attendre je vous laisse découvrir une femme consacrant son temps et son énergie à vous aider à le devenir pleinement 🙂

Thérèse – Peux-tu te présenter en quelques mots et nous expliquer ton parcours?

Cécile: J’ai 31 ans et j’ai le diplôme de sage-femme. C’est mon parcours personnel qui m’a amené à m’intéresser à ce domaine : plus jeune, j’ai eu quelques difficultés de santé qui m’ont donné envie de comprendre le fonctionnement du corps féminin. Les quelques épreuves que j’ai rencontrées ont déclenché ma passion pour la vie! La maternité est une grande partie du métier de sage-femme. Or, nous faisons souvent de la grossesse une maladie… J’ai donc un regard un peu critique vis-à-vis de l’hyper-contrôle médical de la grossesse et de l’accouchement (nécessaire dans certains cas, mais pas dans la majorité des situations). C’est pour cela qu’actuellement, j’ai préféré me focaliser sur la fertilité et le cycle féminin, et une autre part de mon exercice est la transmission de la pratique de la méditation de pleine conscience.

T – Comment en es-tu venue à t’intéresser à tout ce qui touche à la femme et à son cycle?

C: En dehors de la maternité, la vie d’une femme est également animée par des cycles de la puberté à la ménopause! Or, les études de sage-femme ne m’ont pas permis d’approfondir la physiologie du cycle dans les détails. C’est par le biais d’un master en fertilité et sexualité que j’ai découvert la richesse et la complexité du cycle féminin. Puis je suis devenue animatrice de l’atelier CycloShow[1], un beau projet qui permet aux jeunes filles de vivre une journée avec leur mère pour découvrir les changements de leur corps à la puberté. Tout d’abord, lors de ces ateliers, j’ai constaté que certaines mamans découvraient elles-mêmes beaucoup d’éléments sur le cycle. Et par ailleurs, il me paraît essentiel que les femmes, qu’elles soient mères ou non, habitent leurs corps et comprennent ce qui s’y passe pour assumer leur féminité et la vivre pleinement. Il est urgent que les femmes prennent soin de leur intérieur, et cela passe par leur corps ! C’est pour ces deux raisons que j’ai commencé à proposer la formation Trésors de Femme[2] en 2016. Le public cible, ce sont les femmes adultes, qu’elles soient célibataires ou en couple, sous contraception hormonale ou non… L’objectif est d’informer et de sensibiliser pour que les femmes puissent choisir librement et en conscience.

T – En quoi consiste la formation Trésors de Femme et la formation Mystères de Femme?

C: La formation « Trésors de Femme » a pour but d’approfondir les connaissances que peuvent avoir les femmes sur le cycle féminin, d’habiter leur corps et de le respecter, de percevoir et utiliser la « bonne » énergie au « bon » moment, d’apprendre à reconnaître les signes de fertilité, de comprendre comment se servir de son cycle comme un « trampoline » dans la vie de tous les jours… J’aime dire aux femmes : « Réapproprions-nous notre corps : ne laissons pas cette connaissance à la science ou au corps médical. Toute femme est capable d’habiter son corps et de vivre pleinement sa féminité! ». Et la formation « Mystères de Femme » est destinée à transmettre aux hommes des notions sur le cycle afin qu’ils nous comprennent mieux. Dans un couple, la fertilité est une affaire à deux! C’est donc essentiel de savoir communiquer sur ce sujet avec simplicité, et donc que l’homme se familiarise avec les mystères du cycle féminin.

tresor.png

T – En apparence, le cycle féminin n’a rien de passionnant ni d’intéressant: généralement on le subit plus qu’autre chose. Comment se l’approprier et donc mieux le vivre?

C: Par ses cycles et ses maternités, la femme a la capacité de mettre au monde la vie. Son corps, avec ses oscillations hormonales, ses périodes fertiles et infertiles, la place dans une dépendance qui lui demande de parcourir un chemin d’acceptation. Les variations hormonales et physiologiques la font vivre, jour après jour, au rythme de sa fécondité : fatigue, émotivité, énergie débordante, douleurs… En d’autres termes, la femme dépend des contraintes imposées par son corps. Devenir femme, intégrer sa féminité, c’est entrer dans un travail de connaissance et d’acceptation de soi : faire le choix d’accepter ce qu’on n’a pas choisi, un état de nature qui nous est donné et que l’on peut sublimer ou…refuser. Aucune femme – même la femme célibataire ou celle qui n’est pas prête à accueillir une grossesse – n’échappe à cette orientation de son corps vers le don de la vie, vers l’expérience de la maternité. Le cycle féminin contient de nombreux trésors, à découvrir et à approfondir. Il est donc décisif pour chacune de s’accepter et de vivre positivement les changements de son corps. Il contient des trésors qui sont souvent des mystères pour la femme elle-même. Partons à la découverte de ces mystères! Cette connaissance des langages secrets du corps participe à l’unité et à l’équilibre de la personne.

T – Quel bénéfice procure à une femme une meilleure connaissance de son cycle? Sa vie quotidienne peut-elle changer grâce aux ateliers?

C: Les femmes découvrent que leurs corps, leur sexe, leur intimité sont existants et bien vivants ! Les femmes sont émerveillées de découvrir les trésors du cycle, joyeuses de reprendre le pouvoir sur elles, de vivre selon leur rythme naturel et de sortir de cette linéarité qu’induit la consommation de la pilule contraceptive. Apprendre à gérer leur fertilité, c’est suivre la nature, qui exige de comprendre son langage, et c’est aussi en retirer des bénéfices pour leur santé. Déchiffrer le langage du corps féminin est à la portée de toute femme! Cependant, nous sommes dans une société où les jeunes filles sont souvent mises sous hormones très tôt, elles ne connaissent donc pas le cycle naturel de la femme. Pour celles qui ne prennent pas d’hormones (ou qui les arrêtent), il s’agit d’apprendre à déchiffrer les signaux que le corps envoie. C’est un chemin pour habiter son corps et entendre ce qu’il dit, et ainsi guider ses choix dans la direction qui est juste pour elle. Serait-il possible d’adapter un peu son agenda en fonction de son cycle? C’est par exemple utiliser l’énergie créatrice durant la phase folliculaire (période allant du premier jour des règles à l’ovulation, ndlr) et prendre plus soin de soi juste avant et pendant les règles… Nous pourrions aussi souligner la richesse de ces méthodes d’observation de la fertilité pour des couples qui désirent concevoir ou pour ceux qui sont infertiles. La connaissance précise du cycle devrait être une base à la portée de tous! Information non négligeable à retenir, il n’y a évidemment aucun effet secondaire à observer les trésors de son cycle! La santé de la femme est préservée, elle connaît mieux son corps et acquiert une confiance en soi et une autonomie.

T – Mieux se connaître, est-ce mieux s’aimer? Le corps et l’esprit ont-ils une influence l’une sur l’autre?

C: C’est évident que la connaissance de soi, de son corps et de son fonctionnement psychique permet de mieux s’aimer. C’est un chemin que toute femme peut emprunter. Aimer le corps qu’on a suppose de ne pas vouloir se conformer aux modèles dictés par la société. Que nous soyons beaux ou laids aux yeux des autres, petits ou grands, bien portants ou malades, peu importe. Ce qui compte c’est que notre esprit et notre corps ne fassent plus qu’un. Que tous deux, étroitement unis, alliés et non ennemis, nous fassent avancer vers la paix intérieure. Écouter son cycle est un chemin pour habiter son corps et entendre ce qu’il nous dit, et ainsi guider nos choix dans la direction qui est juste pour nous. Découvrir les trésors de son cycle demande d’être attentif aux sensations corporelles, aux ressentis… Il est important d’habiter pleinement son corps, afin de pouvoir mieux nous relier à nous-même et aux autres. Cela suppose d’apprendre à le connaître de l’intérieur, de nous sentir incarnés, de développer notre conscience du ressenti. Le paradoxe est qu’il ne fait pas toujours si bon vivre avec son corps. On le malmène, on lui en demande trop… Il faut saisir aussi que quand nous avons des problèmes psychologiques, quand nous sommes marqués par notre passé, le corps peut souffrir. Le corps et l’esprit sont très liés. Ainsi, travailler tout ce qui relie le corps et l’esprit peut nous aider à aimer notre corps pour nous aimer et mieux aimer notre entourage.

Observer son cycle, c’est se mettre à l’écoute des fluctuations hormonales, et donc de son désir. Or notre société privilégie souvent le cérébral sur le corporel. Donc il y a un réel apprentissage à faire. Il est nécessaire d’apprendre dès l’enfance à habiter son corps par l’écoute de ses émotions, de ses sensations corporelles et de ses pensées. Et aussi d’apprendre à s’arrêter dans nos vies effrénées ! Des programmes de pleine conscience et de psychologie positive se développent, comme par exemple le programme Mindful Up pour les enfants et les adolescents. Si cet apprentissage ne s’est pas vraiment fait jeune, il n’est jamais trop tard! Il existe également des programmes pour adultes.

T – Si vous deviez donner aux femmes 3 clés fondamentales pour mieux se connaître, quelles seraient-elles?

C: Les 3 clés qui me viendraient spontanément sont :

  1. Oser aimer et vivre pleinement sa féminité
  2. Faire confiance à ses ressentis et développer une écoute de son corps
  3. Se former, avec des personnes compétentes sur ce sujet

T – Pour finir, peux-tu partager avec nous ta citation favorite sur la femme?

C: « La femme qui aspire à être l’égale de l’homme manque singulièrement d’ambition »[3]. C’est une citation qui m’inspire car je pense que chacun peut avoir une place juste, dans le respect de nos natures.

Merci Cécile pour ces pistes de réflexions et ces précieux conseils! Vous pouvez organiser une formation « Trésors de Femme » dans votre région en la contactant via ce site.

Retrouvez les précédents portraits de l’été ici, ici, ici, ici et .

 

[1] http://cycloshow-xy.fr/

[2] http://www.tresorsdefemme.fr/

[3] Citation attribuée à Jean-Marc Reiser, Timothy Leary, Dominique Quessada…

 

Crédit photos: Cécile F.

5 réflexions sur “Les portraits de l’été: Cécile, sage-femme et animatrice de formations Trésors de Femme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s