Je suis catholique, et alors?

Je suis catholique.png

Sous ce titre un brin provocateur, je souhaiterais aujourd’hui partager avec vous mon expérience de femme catholique évoluant dans le monde actuel. Beaucoup d’entre vous m’ont demandé comment vivre sa foi dans le monde actuel, comment concilier études et vie spirituelle, comment s’affirmer sans être considérées comme « vieux-jeu », comment encourager les personnes que nous fréquentons chaque jour à pratiquer la vertu, etc. Je n’ai pas la prétention d’avoir des réponses précises et scientifiques à ces questions, mais je voulais simplement partager avec vous quelques-unes de mes réflexions. En effet, il n’est pas toujours facile de garder la foi dans un monde qui la perd complètement et qui est à l’opposé de presque toutes nos valeurs. Je pense en revanche que ce n’est pas mission impossible, et qu’en se donnant les bons moyens, on peut arriver à tout 🙂

Tout d’abord, je crois qu’il est crucial, quel que soit notre rythme de vie, de garder une vie spirituelle riche. Cela ne signifie pas passer son temps à genoux en prière, sinon vous devriez songer à rentrer au couvent 😉 Ce n’est pas la quantité qui compte ici, mais la qualité. Ne négligez pas votre prière du matin: elle vous permet de confier votre journée au bon Dieu, vous mettre sous sa protection et demander l’inspiration du Saint Esprit pour tout ce que vous allez faire. Quant à la prière du soir, c’est grâce à elle que vous pourrez faire un bilan de votre journée, et pourquoi pas prendre de bonnes résolutions pour le lendemain: cherchez toujours à devenir une meilleure personne! Si vous avez un peu de temps pour réciter un chapelet et honorer ainsi notre Mère du Ciel, c’est encore mieux. J’aime aussi m’arrêter de temps à autre dans les églises lorsque je passe devant, parfois ce n’est que pour 3 minutes mais cela permet de se recentrer et garder la paix de l’âme au milieu du tourbillon de la journée. Bien entendu la fréquentation régulière des sacrements, notamment l’eucharistie et la confession, est primordiale. Essayez d’aller à la messe dans la semaine, en plus du dimanche, vous verrez que c’est une grande grâce.

Cette vie spirituelle doit être de qualité comme je vous le disais. Un autre bon moyen de rester connectée à l’essentiel est de parler de temps en temps au bon Dieu dans la journée. Vous pouvez le remercier pour une grâce reçue, lui demander pardon après une colère, lui offrir votre travail ou vos souffrances. Ce qu’il faut c’est garder une vie équilibrée qui ne néglige aucun aspect de nos besoins les plus élémentaires: vie spirituelle bien entendu, mais aussi travail, sport et loisirs. Si vous n’êtes pas dans un couvent, alors c’est que vous devez être dans le monde (sans pour autant être du monde), mais en tout cas il faut y vivre pleinement, ce qui n’empêche pas la prudence. Il faut savoir mettre sa vie à la fois en ordre mais aussi en harmonie: c’est ce qui vous permettra d’être pleinement épanouie, bien ancrée sur terre tout en ayant déjà votre cœur dans le Ciel et pouvoir ainsi rayonner votre foi autour de vous.

Tout ceci concerne plutôt la vie intime et personnelle de chacune d’entre vous. Mais nous ne devons pas, pour autant, négliger notre prochain. Aussi est-il important, à mon sens, de bien s’entourer et bien choisir ses amis. Car vos amis vous influenceront forcément beaucoup, que ce soit dans leur vocabulaire, leur attitude, leurs idées, etc. On ne peut pas avoir que des amis catholiques ou vertueux, c’est certain, mais cela ne dispense pas d’une grande prudence en la matière. Les vrais amis sont ceux avec qui l’on partage l’essentiel, et la foi ne fait-elle pas partie de ce qui nous définit au plus profond de nous-même? Soyons un bon exemple pour notre entourage, et tâchons de les élever autant que possible par une attitude saine et sainte. Je pense d’ailleurs qu’il peut être très bénéfique de faire partie d’un groupe paroissial de formation afin de garder le cap et d’avoir un esprit solide et formé, qui se laissera ainsi moins facilement influencer par le monde. Vous pouvez aussi vous former par vous-même en ayant de bonnes lectures (vous en trouverez quelques-unes ici).

Cet article peut paraître un tantinet moralisateur, mais ce n’est pas du tout le cas. Je voulais simplement vous rappeler toutes les armes que vous aviez à votre disposition pour combattre la mauvaise influence du monde et devenir ainsi une meilleure personne chaque jour. Ce qui est vraiment crucial à mes yeux, c’est que nous devons nous efforcer d’être des apôtres joyeux, des témoins heureux d’un évangile qui se vit jour après jour. Nous ne devons pas nous cacher, nous devons être fières de notre foi et chercher à la partager autant que possible avec ceux qui nous entourent. Et la meilleure façon de convaincre, c’est d’être un exemple, que ce soit par notre tenue vestimentaire ou notre attitude. « Les belles paroles édifient, mais les exemples entraînent« . J’en parle souvent, mais pour moi il est tout à fait possible d’être modeste et épanouie, catholique et rayonnante. Alors, qu’attendez-vous?

Rencontrez-vous des difficultés à vivre votre foi au quotidien? Quels sont les points qui vous bloquent et vous empêchent de vous épanouir quotidiennement sans renoncer à vos valeurs? Dites-moi tout en commentaire ou par mail!

Ces articles peuvent également vous intéresser: Comment s’habiller le dimanche? et Pourquoi je médite 15 minutes par jour depuis 10 ans.

Crédit photo: Pixabay.

10 réflexions sur “Je suis catholique, et alors?

  1. Julien dit :

    Mesdames, Mesdemoiselles,

    Encore une fois Bravo pour votre site, un très très bon article qui prévaut aux hommes comme aux femmes. Continuez et que Dieu nous fasse grâce d’utiliser votre travail comme outil de raisonnement.

    Aimé par 2 personnes

  2. Laurence dit :

    Bravo pour votre exemple.
    Pour ma part, je prends soin de ma vie spirituelle également en pensant que si l’on ne progresse pas, on recule. Malheureusement..

    J'aime

  3. atelierduphoenix dit :

    Bonsoir,
    Je ne suis ni catholique ni chretienne mais je comprends votre point de vue. En effet, la spiritualité devrait avoir une plus grande place dans notre quotidien et nous ne devrions pas avoir peur de la partager avec ceux qui nous sont chers. Je pense que si maintenons notre foi en toute chose que nous fassions ou que nous disions (et je ne parle de faire un sermon permanent ou de vivre comme une nonne) mais de garder dans notre attitude envers le monde extérieur, nos valeurs spirituelles les plus profondes, nous pourront influencer sans pour autant convaincre ou débattre les gens que nous rencontrons. Je crois que le plus important est de savoir qui l’on est et ce qui important pour nous.
    Merci cet article qui sort des sentiers battus …

    Aimé par 1 personne

  4. femmeapart dit :

    Bonsoir, merci beaucoup pour ce gentil commentaire et vos encouragements. Et le recul que vous avez en tant que « non-chrétienne » est d’autant plus intéressant! Je pense que c’est en osant être qui nous sommes que nous pourrons réellement changer le monde autour de nous. Je n’ai d’ailleurs jamais eu de critiques ou de regards négatifs dans le monde du travail par exemple, alors que je ne cache pas ma foi (sans pour autant en parler toutes les deux minutes): je pense les gens respectent les personnes qui ont des convictions et vivent selon ce qu’elles croient.

    J'aime

  5. Fleur dit :

    Je suis également catholique mais pour moi la religion est du domaine strictement privée et ne doit pas s’ingérer notre vie sociale. Je ne parle pas de ma religion au travail et je ne vais surement pas m’immiscer dans la vie des autres en leur disant quoi faire ou quoi mettre comme une autre religion qui aime bien avoir le devant de la scène et dont les femmes sont parfaitement impudiques bien qu’elles prétendent le contraire.
    Ma foi est ancrée en moi et le dialogue que je peux avoir avec Dieu est privée entre nous deux. J’aime me rendre à la cathédrale, prendre cinq minutes de temps pour un temps de méditation. J’aime parler avec des moines ou des religieuses qui irradient de bonté et de lumière, une vrai bouffée d’air frais. Je respecte nos grandes fêtes religieuses mais je vais très peu à la messe car je n’en apprécie pas les sermons passéistes.
    Je ne vais pas jugée les autres sur leurs vêtements car non l’habit ne fait pas le moine, loin de là. La modestie ne doit pas être spécifiquement vestimentaire mais est bien plus une attitude de bienveillance, de bonté, de retenue dans la manière de penser et de parler de soi. Aujourd’hui nous avons beaucoup plus à faire à de la fausse modestie.
    Je suis catholique mais fière d’être une femme moderne qui m’assume et vis ma vie pleinement sans me diminuer par des textes d’un autre âge.
    Ayant par ma soeur, très croyante, de bonne relation avec le diocèse de ma ville d’origine, j’avais discuté avec l’archevêque de celui-ci (qui vient hélas de prendre sa retraite, un homme d’une grande bonté et d’une grande sagesse) de la place de la femme dans l’église et dans le monde au 21ème siècle. De par sa grande expérience et son intelligence, il est apparut que celui-ci avait un peu la même image que moi de la femme de notre temps. Comme quoi tout dépend de la paroisse et du diocèse. Le mien de diocèse a toujours été très ouvert et un peu en avance sur son temps.

    J'aime

  6. femmeapart dit :

    Merci Fleur pour ce témoignage! J’avoue que d’une paroisse à l’autre les prêtres ou même l’assemblée donnent des impressions assez différentes mais c’est aussi ce qui fait la richesse de l’Église. Je suis 100% d’accord avec vous sur le fait que la modestie ne doit pas être vestimentaire uniquement, sinon cela serait un peu superficiel. C’est aussi une véritable conversion du cœur qui doit s’opérer.
    En revanche, concernant la démonstration de la foi, nos avis divergent: ma foi est ce que j’ai de plus précieux, le centre de ma vie, elle est présente dans tout ce que je fais et où que j’aille puisque c’est le prisme à travers lequel je vois et j’agis. Nous sommes sur terre pour préparer notre Vie Éternelle. Sans avoir à le proclamer sur tous les toits au premier venu, car il faut aussi de la retenue, je trouve que la cacher serait en quelque sorte de la malhonnêteté vis-à-vis de ce que nous sommes au plus profond de nous-mêmes. Ne prenez pas mes propos pour un jugement à votre égard, c’est loin d’être le cas: j’exprime simplement mon point de vue sur la question.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s