Teinture, couture: comment donner facilement une deuxième vie à vos vêtements

Teinture

Article proposé par une fidèle lectrice que je remercie chaleureusement 😉 Ses trois premiers articles se trouvent ici, et .

Pour pouvoir porter certains vêtements, une solution est parfois la teinture machine. J’en vois déjà qui partent en courant 🙂 , je comprends vos appréhensions, mais je n’en parlerais pas si je ne l’avais pas déjà pratiqué de nombreuses fois avec succès et sans aucun dégât. Je ne teins personnellement que des vêtements en matière naturelle et je n’ai jamais testé de teinture pour les tissus synthétiques. J’utilise toujours la même marque, assez économique et qu’on trouve en supermarché, et je suis scrupuleusement les instructions (hormis pour le poids, je trouve à l’usage qu’on peut mettre plus de vêtements que ce que la marque propose).

Teinture1

Cependant pour un bon résultat il y a quelques points à connaître.

  • Si le tissu est déjà d’une couleur, la teinture se superposera à cette couleur.
  • S’il s’agit d’un tissu imprimé, l’imprimé restera visible après teinture.
  • Même sur des vêtements en matière naturelle le fil et les fermetures éclair sont en polyester, donc ne seront pas teints. Le fil de polyester est le plus souvent utilisé pour assembler les vêtements car c’est un fil solide. Le fil de coton est plutôt utilisé pour des coutures décoratives.

En images, quelques exemples… Voici mes quatre candidats – qui pour le coup sont restés un certain temps fourrés dans un panier 😉 en attendant que je m’occupe d’eux, donc très froissés : un chemisier blanc transparent, une robe un peu serrée, un polo manches longues décoloré par endroits, un gilet en coton.

Premier vêtement : le chemisier blanc transparent

Résultat : le chemisier n’est plus du tout transparent. Le tissu, en coton, a été teint. En revanche sur ce chemisier, beaucoup de surpiqûres (le fil de couture est apparent quand vous regardez le vêtement de près). Ces surpiqûres faites avec un fil de couture en polyester sont restées blanches. Le fil des boutonnières également (non visible ici car boutonnage sous patte), et bien sûr les boutons.

Deuxième exemple : la robe

Il s’agit d’une robe en tissu imprimé que j’ai délavée à l’eau de javel avant teinture. Après le passage à l’eau de javel, on voit encore l’imprimé, et après teinture aussi, même s’il est plus discret. A retenir donc : aucune teinture ne pourra faire disparaître un imprimé. Pas de surpiqûres donc on ne voit pas de traces de fil blanc sur la robe teinte… à l’exception de l’ourlet cousu à la main, en regardant de près on voit un point de temps en temps. La fermeture éclair (en polyester) est restée blanche elle aussi.

Troisième candidat : le polo manches longues

Oui, c’est un vêtement d’homme mais c’est pour l’exemple 😉 Il était décoloré par endroits. Après teinture, plus de tâches de décoloration, il est impeccable (la nuance de couleur est due à la photo, il est resté du même bleu marine).

Enfin, un dernier exemple : une veste en coton blanc, qui avait des tâches.
Je n’ai pas de photos avant, car elle a été teinte il y a des années, dans un premier temps en rose pâle, on ne voyait plus les tâches ; puis, pour l’assortir au reste de ma garde-robe, j’ai tenté un rouge, qui sur ce support a donné une sorte de corail chiné. Là, on voit bien le fil des boutonnières, resté blanc. Sur le coton tricoté on aura facilement un résultat chiné, qui peut être très joli cependant.

Teinture9

La teinture machine est donc une technique très efficace, mais il faut réfléchir à l’effet qu’on obtiendra avant d’agir. Il y a une part d’aventure, notamment sur la couleur exacte qu’on obtiendra. Je n’ai jamais tenté la coloration avec des plantes, peut-être un jour… Vous avez fait l’expérience ? Dites-le nous en commentaire !

Outre la teinture, la couture peut aussi vous être utile. Avoir des bases de couture est une chance. Sur internet de nombreux tutos vous permettront d’apprendre si ce n’est pas votre cas. Quant à moi c’est ma mère qui m’a appris la couture, mille mercis à elle ! Mais j’ai appris à tricoter par internet – et je suis gauchère, donc tout est possible !

D’abord, se donner les moyens de réparer :

  • Ayez dans une boîte ou trousse un matériel basique : aiguille, ciseaux, fils correspondant aux couleurs des vêtements que vous portez.
  • Quand vous achetez un vêtement, les boutons fournis avec l’étiquette sont bien sûr destinés à remplacer un bouton perdu. S’ils sont dans un sachet et non cousus sur le vêtement, mettez-les tout de suite dans votre trousse à couture pour les retrouver quand vous en aurez besoin. Idem pour les sachets de perles fournis avec un vêtement qui en est orné.
  • Sur les pulls vous pouvez aussi avoir un sachet avec quelques brins de laine, n’hésitez pas à regarder sur internet comment réparer un trou discrètement, cela peut prolonger la vie de votre pull préféré ! Faites-le avant d’avoir un trou, ce sera plus discret. Ou bien mettez carrément sur l’endroit usé une pièce découpée dans un joli tissu.

Vérifiez régulièrement l’état de vos vêtements. Dès l’achat certains boutons se sauvent car ils sont cousus à la machine, ce qui est moins solide que la couture à la main. Dès qu’on sait coudre un peu, prendre l’habitude de récupérer mercerie et tissu avant de jeter un vêtement usé. Boutons, fermetures éclair, élastiques, broderie, boucles de ceinture, galon, sangle de sac, etc. : bien des choses peuvent resservir. Voici quelques idées basiques pour transformer ou améliorer des vêtements :

  • couper une robe trop courte pour en faire un haut : pas trop compliqué et très rentable
  • coudre une dentelle sur le bord usé d’une encolure
  • coudre une dizaine de perles dont l’une cache un trou raccommodé ou une petite tache
  • transformer une partie d’un vêtement dont on aimait beaucoup le tissu en foulard
  • les chemises d’hommes, usées généralement au col, sont une bonne ressource. Voici un chemisier de femme fait dans une chemise d’homme:

Couture1

  • passer un élastique dans l’encolure pour améliorer un vêtement un petit peu trop décolleté : le haut ci-dessous était décent mais, dans ce tissu léger, se pencher était gênant. J’ai simplement enfilé un élastique dans le biais d’encolure, il fronce à peine le décolleté qui tient bien en place maintenant.

Couture2

  • transformer une robe en jupe. Voici un exemple.

Couture3

La robe ci-dessous a été teinte (voir l’article sur la teinture), puis le haut de la robe (devenu trop serré) a été coupé pour ne garder que la jupe, ce qui a permis aussi de la placer plus bas, donc de la rallonger ; la fermeture éclair au dos est remplacée par une fermeture bleue et des boutons à la ceinture (2 qui servent, 2 esthétiques) ; l’ourlet a été décousu, et refait au plus long possible.Vous aussi, vous transformez vos vêtements ? Donnez-nous d’autres idées !

Ces articles peuvent également vous intéresser: Des doigts de fée et Bien choisir un vêtement selon le tissu

Crédit photos: A.V.

5 réflexions sur “Teinture, couture: comment donner facilement une deuxième vie à vos vêtements

  1. Jeanne83 dit :

    Merci pour cet article. Il peut être intéressant de raviver de temps en temps les vêtements bleu marine et noirs en les teignant en bleu et noir. Après bcp de lavages, les couleurs passent même si le vêtement peut être impeccable par ailleurs. Testé et validé sur des pantalons homme et bermudas enfants.
    J ai aussi teint une jupe grise en marron. La couleur était moins marron que prévu mais je préfère nettement cette couleur.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s