Ce que pense un homme des femmes à part…

Ce que pense un homme

Cet article est rédigé par Pierre-Favre, animateur du blog apprendreaconvaincre. Son blog est dédié à celles et ceux qui, ayant des personnes à guider et à convaincre, souhaitent acquérir des savoirs et savoir-faire pour mieux y parvenir. Son blog est tout jeune, n’hésitez pas à lui faire part des sujets que vous aimeriez le voir aborder 🙂

Ces femmes à part, à qui l’on demande d’être des mères, des épouses et des femmes…à part. Comme si nous ne les aimions pas pour ce qu’elles sont : des femmes. Ces femmes que nous aimons, dont nous rêvons, que nous voulons pour nous. N’attendons-nous pas trop d’elles ? Non qu’elles n’en soient capables, mais plutôt que nous ne le méritions pas. Qu’attendons-nous d’elles au juste ? D’être belle, intelligente, prévenante, bonne mère, maîtresse de maison parfaite, cuisinière hors pair, éducatrice attentionnée, chaleureuse et compétente, femme aimante, épouse priante, modèle de vertu. Qu’attendons-nous d’elles encore ? Une écoute bienveillante, une patience à toute épreuve, le pardon de nos défauts, qu’elles nous attendent, nous chérissent et nous aiment… Qu’en attendons-nous encore ? Bien des choses que la pudeur me fera taire, ou que mon esprit n’entrevoit pas encore ou que mon ignorance peine à formuler. Mais nous attendons tout ça et bien plus encore.

Alors la question qui me vient est : le mérite-t-on ? Est-ce seulement possible ? Est-ce seulement légitime ? Il y a trois questions et j’avais dit une, je sais. Mais comment m’en vouloir ! On vous en demande tant que résumer votre défense à une question serait d’une mesquinerie sans égale. On ! J’ai dit « on » ! Vous connaissez sans doute l’adage « On est un c.. ! » Je plussoie. Je dirais même mieux, celui qui vous le demande, pour ne pas dire « qui vous l’exige », en est le roi. Sauf … s’il répond, par défaut et à la perfection, à tout ce que vous auriez pu attendre de lui. Soyons honnêtes, la femme parfaite, la femme idéale n’existe pas. Et si bon nombre de célibataires la recherchent, je ne connais pas d’homme qui puissent dire : « je l’ai trouvée ». Et pourtant, je vous prie de croire que je file le parfait amour avec une femme que j’ai épousée il y a 5 ans, et avec laquelle nous ne nous sommes encore jamais crié dessus, disputé, critiqué, humilié ou rabaissé avec des reproches ou remarques désobligeants… Sommes-nous parfaits pour autant? Certainement pas.

Ces femmes à part, et celles qui ambitionnent de l’être, forcent mon admiration. Non pas qu’elles réussissent tout ce qu’elles entreprennent mais parce qu’elles sont capables, au jour le jour, de se lever et d’effectuer toutes ces charges qui sont les leurs. Toutes ces charges qui sont les leurs… Une expression qui demande à être bien méditée et comprise. Souvent dévoyée je trouve par des esprits étroits, qui voient plus leurs intérêts dans ce qu’ils exigent, aux motifs d’une morale qui semble à leurs avantages. Je vois trop souvent des comportements qui me choquent dans la manière dont certains maris se comportent avec leur épouse, ou simplement même parlent d’elle ! Ils sont les chefs de famille, certes, personne ne le remet en cause, mais je trouve qu’ils cachent parfois leur propre rôle de mari derrière la phrase : c’est le rôle de la femme, c’est son rôle ! Les deux rôles doivent, bien que distincts, s’unir pour le bien d’UN couple, d’UNE famille, d’UN foyer ! Et être chef, c’est considérer l’autre avec humanité, respect, dignité, n’exiger que ce qui est juste et possible. Être chef de famille, c’est aussi montrer l’exemple, soutenir, aider, aimer, rendre service, et bien d’autres choses encore.

Il me semble que l’on aime voir chez l’autre ce qui lui reste à faire pour atteindre un « niveau » qui nous semble normal, alors même que nous faisons preuve d’une exigence bien moindre envers nous. J’ai envie de vous dire, à vous, femmes à part, que l’on attend beaucoup de vous. Mais nous vous aimerons même avec vos défauts, vos doutes, vos imperfections, vos faiblesses ou vos échecs. Vous avez le droit d’être fatigué, vous avez le droit de penser à vous, vous avez le droit d’avoir une maison en désordre, un plan de travail non rangé, des vitres mal lavées ou que sais-je encore ? Ce dont vous n’avez pas le droit… eh bien je ne serais pas à ma place si je le disais, d’autant que vous le savez sans doute mieux que moi. Il y a dans la vie bien des défis à relever, des idéaux à maintenir, des valeurs à partager, des priorités à établir. Alors si le lave-vaisselle n’est pas vidé, Il n’a qu’à le faire. Si les courses ne sont pas rangées, Il n’a qu’à le faire. Si l’aspirateur n’est pas passé, Il peut le faire lui aussi. Et ce ne sont que des exemples parmi d’autres !

Je crois qu’il faut faire la part des choses entre l’indispensable et l’accessoire. Je crois que l’ego est à sa parfaite place quand il est dans la poche. Et je crois qu’exiger les choses qui relève de la futilité ou du détail, c’est démontrer son incompétence à prendre de la hauteur, à voir l’essentiel. Et ce dernier point vous l’aurez compris, ne fait pas forcément bon ménage avec le rôle de chef. Alors, soyez belles, soyez élégantes mais soyez vous-même. Il y a bien des choses qui sont attendues de vous, mais qui ne relèvent pas du dogme. Je ne vous dirais pas de vous insurger mais à l’inverse, vous n’avez pas à vous sentir coupable du poids de la bêtise des hommes. Ils vous aiment et sont parfois maladroits, bien sûr, puisque ce sont des hommes, des êtres imparfaits par excellence, mais pour peu que l’essentiel soit fait, que vos priorités soient nobles et claires dans vos têtes et que vous témoigniez de votre féminité, il ne peut y avoir que les goujats qui vous demanderaient plus que ce qu’il est juste que vous fassiez au quotidien. Chacun n’a que 24h dans une journée, les femmes à part aussi !

À bientôt peut-être sur apprendreaconvaincre.com
Pierre-Favre Bocquet

Crédit photo: Pexels.

12 réflexions sur “Ce que pense un homme des femmes à part…

  1. Hulot dit :

    Très bon article!
    Il y a, j’en suis sûr, beaucoup d’hommes qui pensent la même chose, même si leur épouse pense que non…
    Nos maladresses, un iota d’égoïsme, la fatigue, le stress du quotidien nous font parfois oublier que oui, nos femmes sont vraiment des femmes à part, et que nous avons la chance sans nom d’avoir pu épouser l’une d’elle, la meilleure d’ailleurs!
    Merci d’avoir dit ce que je n’aurais pas su faire avec autant de verbe…

    Aimé par 1 personne

  2. Amaëlle dit :

    C’est plaisant d’avoir un article d’homme sur femme à part !
    Merci pour la dernière phrase : « Chacun n’a que 24h dans une journée, les femmes à part aussi ! » Elle fait du bien à lire, parfois les femmes elles-mêmes se mettent la pression et font le soir la liste de ce qu’elles n’ont pas fait. Un jour mon mari m’a suggéré de faire la liste de ce que j’avais fait :-))
    Plus les hommes sont attentifs à ce que font leurs femmes et les en remercient de temps en temps, plus elles le font de bon coeur ; et parfois les femmes ont aussi à penser à remercier leurs maris pour des choses qu’ils assurent et qu’elles n’auraient pas très envie de faire (chez moi, c’est faire le plein d’essence, tenir les comptes, sortir les poubelles, conduire la famille, faire la vaisselle, s’occuper du jardin et bien d’autres choses, mais évidemment cela varie selon les situations, goûts et caractères).

    Aimé par 1 personne

  3. femmeapart dit :

    Merci Amaëlle pour ce commentaire! C’est vrai que le fait d’entendre des remerciements motive beaucoup, et permet de faire les choses volontiers. D’ailleurs les hommes n’ont pas besoin d’en faire des tonnes à chaque fois que l’on fait la moindre chose, mais un sourire ou une parole toute simple de temps en temps peut aider 🙂

    J'aime

  4. pierrefavrebocquet dit :

    Merci Amaëlle pour votre commentaire qui complète l’article. J’apprécie également le partage de votre avis, et croit savoir que vous voyez juste, en rappelant que remercier nos épouses pour ce qu’elles font compte pour vous (et pour nous aussi d’ailleurs).

    Aimé par 1 personne

  5. Clotilde dit :

    Très très beau texte, tous les jeunes fiancés (au masculin et au féminin) devraient le lire, le relire, le connaître par coeur.
    Ceci me fait penser qu’à notre époque, on a beaucoup trop tendance à dissocier la maternité de la féminité ; on entend beaucoup cette phrase : depuis que je suis maman, j’ai l’impression de ne plus être une femme… Quelle confusion ! Peut-être avez-vous publié là dessus déjà ?

    Aimé par 1 personne

  6. pierrefavrebocquet dit :

    Merci Clotilde pour votre message. C’est un thème intéressant que vous abordez là, lorsque vous citez la phrase « depuis que je suis maman, j’ai l’impression de ne plus être une femme » savez vous si il s’agit plus d’un ressenti propre à soi ou plutôt vécu dans le regard des autres? En tous les cas, oui il me semble dommage de dissocier les deux.

    J'aime

  7. Clotilde dit :

    Bonjour pierrefavrebocquet, c’est une phrase que j’entends régulièrement, et c’est une idée malheureusement assez répandue sur Internet et les réseaux « sociaux ». Les magazines pour mamans regorgent d’articles du type « comment redevenir une femme après l’accouchement » (j’exagère volontairement le titre). Je trouve ça d’ailleurs très vexant… Personnellement j’ai 2 enfants (bientôt 3) et je ne me suis jamais sentie aussi féminine.
    Je pense que c’est un ressenti personnel, les femmes modernes sont mal à l’aise inconsciemment, comme en permanente compétition : qui sera la plus belle, la plus sexy, la meilleure maman, la meilleure secrétaire/directrice etc… Je pense qu’être maman, si on ne voit pas la beauté, la grandeur et l’ampleur de cette mission, peut être vu par ces femmes là (je ne les juge pas, j’essaie de généraliser mon propos) comme une entrave à leur carrière, leur beauté etc. Nous sommes conditionnées par la société dans laquelle nous vivons où la femme doit être en permanence maquillée, apprêtée, mince, sexy et tout le tralala pour être vraiment une femme. C’est très pervers je pense, la femme peut/va adopter plusieurs attitudes pour contenter tout le monde au lieu d’être simplement elle-même, à sa place.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s