Ce qui rend une femme vulgaire: 5 écueils à éviter

Femme vulgaire

« L’habit ne fait pas le moine », nous dit le célèbre proverbe. Ce n’est pas la première fois que je vous le dis, je ne suis pas tout à fait d’accord avec cette affirmation. Ce que nous montrons à l’extérieur reflète, de façon plus ou moins fidèle et complète, ce que nous sommes en réalité à l’intérieur : nos valeurs, notre caractère, nos goûts. Dans un monde où tout le monde juge le livre à sa couverture et fait des jugements hâtifs sur les premières impressions, il est crucial de donner la meilleure image de nous-même, c’est-à-dire la plus fidèle à ce que nous sommes vraiment. Aujourd’hui, je ne vais pas vous donner des règles magiques à appliquer, mais simplement quelques conseils afin de vous aider à ne pas renvoyer, peut-être malgré vous et sans le savoir, l’image d’une femme vulgaire. L’idée ici n’est pas d’émettre un jugement ou de jeter l’opprobre sur qui que ce soit, mais plutôt de vous aider à devenir la meilleure version de vous-même.

1 – En faire trop

Parler trop fort, s’habiller de façon trop excentrique, mettre trop de maquillage, etc. Tout cela ne vous met pas en valeur mais vous dessert. Aimer les tenues originales ne signifie pas ressembler à un sapin de Noël ou manquer de goût. Concernant votre mise en beauté, vous pouvez tout à fait vous mettre en valeur de façon naturelle !

2 – Parler de façon vulgaire

Cela peut paraître évident, pourtant rares sont les personnes qui font encore attention à leur langage. Sans pour autant prétendre briguer un poste à l’Académie Française, vous pouvez toutefois veiller à parler correctement et sans trop d’onomatopées. Bannissez les gros mots, évitez les familiarités.

3 – S’habiller de façon provocante

Ce que l’on appelle une tenue « sexy » est en fait un manque de respect, en premier pour vous-même, mais aussi pour ceux qui vous entourent. Pour être respectée, il faut être respectable. Mini-jupes, vêtements moulants, décolletés ou transparents, tout ceci est à bannir de vos placards si vous voulez être considérée comme une femme digne et élégante.

4 – Mal se tenir

Écarter les jambes lorsque vous êtes assise, exagérer le mouvement de vos fesses lorsque vous marchez, faire des gestes vulgaires, mâcher un chewing-gum (bouche ouverte ou bouche fermée), et la liste n’est pas exhaustive ! Votre attitude en dit long sur vous-même : veillez à être polie, discrète et agréable.

5 – Faire des drames

Certaines femmes ont tendance à « faire des histoires » sans cesse, crier, pleurer, gémir. Elles cherchent à attirer l’attention sur elle par tous les moyens. Non seulement cela est ridicule, mais c’est aussi détestable pour ceux qui vous entourent. Je ne dis pas que pleurer n’est pas bien, mais trouvons la juste mesure en tout et n’exagérons pas sans arrêt les choses.

Voilà donc quelques idées de travers dans lesquels il faut éviter de tomber, au risque de passer pour une femme vulgaire, qui se met les autres à dos et dont la présence incommode autrui. Et vous, qu’ajouteriez-vous à cette liste ? Dites-moi tout en commentaire !

Ces articles peuvent également vous intéresser : Style et tenue: 10 faux-pas à éviter à tout prix et Les secrets d’une femme élégante.

Crédit photo : Getty Image.

21 réflexions sur “Ce qui rend une femme vulgaire: 5 écueils à éviter

  1. Anne dit :

    « L’habit ne fait pas le moine », mais on oublie souvent la 2è partie de la citation « …mais il y contribue »…
    Comme vous le dites, il est important que notre extérieur reflète notre intérieur. Et si ce n’est pas le cas, c’est souvent notre intérieur qui finira influencé par notre extérieur…

    Aimé par 1 personne

  2. Nine Salmon dit :

    Je dirais aussi, peut-être parce que j’habite dans un petit village, qu’il y a aussi une retenue à avoir en ce qui concerne les rumeurs et autres médisances… Une femme ne montre aucune dignité à participer aux racontars plus ou moins malveillants qui peuvent circuler.
    Mais il est vrai qu’il s’agit là d’une vulgarité un peu moins visible que la casquette violette à pois jaunes ! Elle fait cependant bien plus de ravages…

    Aimé par 1 personne

  3. femmeapart dit :

    Je vous ajoute ici tous les commentaires reçus sur Facebook, pour celles qui n’y auraient pas accès 🙂

    Marion : Ce n’est qu’un avis personnel, mais j’ai toujours trouvé que le fait de fumer ne rendait pas justice à la grâce féminine… Cela donne une attitude désinvolte, un peu « bad girl » 🙃

    J'aime

  4. femmeapart dit :

    Nadine : Je trouve qu’il y a aussi un état d’esprit à préserver: ne pas critiquer, ne pas être négative (au-delà du langage et de la discrétion, il y a parfois des femmes qui « transpirent » la négativité)

    J'aime

  5. Moynot dit :

    Bonjour, les jupes actuellement en vente sur le site de Cyrillus, dont vous faites la promotion sont jolies sur des femmes minces et jeunes, mais franchement des jupes larges, à plis, qui descendent à mi mollets, portées en plus avec des bottines, n’affinent, ni n’avantage pas la silhouette, lorsqu’on n’a plus vingt ans, lorsque l’on est petite de taille ou que nos jambes ne sont pas longues et fines. Les jupes droites sont très seyantes aussi au genou ou juste au dessus. Vous ne pouvez pas éditer des critères intangibles pour toutes les femmes, quelque soit leur morphologie.

    Aimé par 1 personne

  6. femmeapart dit :

    Bonjour, lorsque je propose des jupes d’une marque, je sais pertinemment qu’elles ne vont pas à tout le monde. Mais comme vous le dites, chacune sa morphologie donc c’est bien normal. Je m’efforce de proposer un peu de « tout » en terme de couleurs, de style, de coupe, etc mais mon temps et mes ressources sont limités. En revanche, les critères de décence ne changent pas d’une personne à l’autre et restent objectifs. J’ajouterais également que la société conditionne notre regard et nous empêche d’être objective. Les jupes midi si souvent décriées ou décrites comme « coincées » sont maintenant très en vogue et adulées par toutes. C’est à nous de réhabituer notre regard à la beauté et à l’élégance !

    J'aime

  7. Kunz-Bagros Chantal dit :

    Bonjour et merci pour votre article.
    Voici ma petite contribution sur le sujet. On m‘a appris, dès l‘enfance, qu‘on ne parle pas fort dans la rue, qu‘on ne mange pas dans la rue, qu‘on ne se coiffe pas, qu‘on ne se remaquille pas à une terrasse de café, qu‘on ne dévisage pas ceux qu‘on croise, qu‘on ne se retourne pas sur un passant.
    En un mot, on s‘efforce d‘être discret.

    Aimé par 1 personne

  8. Iscia dit :

    Bonjour,
    Je souhaite vous remercier pour le travail que vous faites sur ce blog, c’est très intéressant et enrichissant.
    Concernant la modestie vestimentaire, en cherchant d’autres sources que les vôtres, je suis tombée sur le site modestiecatholique.com qui fait une « histoire du raccourcissement des jupes » si on peut le dire ainsi. De fait, ils préconisent une décence vestimentaire du début du 20ème siècle, avant que les jupes ne remontent pendant les années vingt. Pour eux, les jupes doivent couvrir les 2/3 des mollets et les hauts couvrir au moins les coudes. J’aimerais connaître votre point de vue sur cela et pourquoi une telle différence dans les recommandations de vos deux sites.
    Merci d’avance, bonne journée.
    Iscia

    Aimé par 1 personne

  9. femmeapart dit :

    Bonjour Iscia, je pense que plus longue est la jupe, mieux c’est 🙂 Cependant, il est déjà très bien et décent d’avoir une jupe qui couvre les genoux que l’on soit assise, debout, penchée ou autre. Concernant les manches, dans une église elles doivent descendre a minima jusqu’au coude. En dehors, il faut toujours avoir les épaules couvertes et de vraies manches qui couvrent les aisselles (pas seulement de petits volants par exemple). J’espère que cela vous éclaire un peu. Ce qui explique la différence, c’est tout simplement que l’Eglise ne donne pas d’indications précises par rapport à la modestie (sauf pour le pantalon ou habit d’homme porté par les femmes). C’est donc une question de bon sens, d’interprétation, donc c’est un peu compliqué.

    J'aime

  10. Emiliz dit :

    Bonjour, avant tout, je suis personnellement opposée à l’idée qu’une femme ne serait pas respectable si elle ne souscrit pas à nos critères de décence vestimentaire – critères fluctuants selon les cultures voire subjectifs.

    Ceci étant dit, je ne suis pas très renseignée sur le sujet, Jésus a-t-il donné des consignes vestimentaires ? (aux femmes ou aux hommes, d’ailleurs) Si oui, cela m’intéresserait de lire le passage concerné dans la Bible.

    Merci

    Aimé par 1 personne

  11. femmeapart dit :

    Bonjour Emilie, lorsque je donne ces conseils, cela va sans dire qu’ils s’appliquent à notre époque et dans notre société. La décence n’est pas subjective, c’est notre sens de la pudeur qui diminue et qui devient subjectif à force d’être soumis en permanence à de la nudité, de la laideur, et du vulgaire.

    J'aime

  12. femmeapart dit :

    En ce qui concerne la modestie dans la Bible, les apôtres en parlent souvent : « Je veux aussi que les femmes, vêtues d’une manière décente, avec pudeur et modestie, ne se parent ni de tresses, ni d’or, ni de perles, ni d’habits somptueux, mais qu’elles se parent des bonnes œuvres, comme il convient à des femmes qui font profession de servir Dieu. » ou encore « Ayez, non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d’or, ou les habits qu’on revêt, mais la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu. »

    J'aime

  13. Emiliz dit :

    St Paul et St Pierre, c’est bien ça ? Mais si on prend St Pierre à la lettre, on devrait alors se dévêtir complètement !…
    Plus sérieusement : il me semble que c’est en fait la recherche d’élégance qui est ici fustigée par St Pierre… L’indécence en revanche n’est même pas mentionnée, il semblerait que la pureté du coeur lui importe plus que la longueur de la jupe !

    J'aime

  14. femmeapart dit :

    Ah, ce qui est certain, c’est que la modestie extérieure sans l’humilité du cœur ne sert pas à grand chose ! Sinon cela serait de l’hypocrisie et/ou de la superficialité… Ce n’est pas une histoire de longueur de jupes mais de décence, qui est objective et se définit selon le bons sens. De nombreux saints et papes ont parlé de la décence et de la modestie, je les cite très souvent sur Facebook mais aussi sur le blog. Je ne vous ai cité les apôtres que parce que vous me demandiez des citations de la Bible.
    Et comme je le disais, il s’agit de respect de soi, des autres, de notre dignité de créatures de Dieu. Que du bon sens donc, avec ou sans les paroles des apôtres finalement ! Celles-ci, et celles des papes et des saints, ne viennent que confirmer cela et insister sur un point qui n’est pas du tout anodin.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s