Faut-il être parfaite pour être une femme à part?

Parfaite.png

Vous m’avez déjà demandé plusieurs fois s’il fallait avoir un teint parfait, une taille de guêpe, un quotidien sans nuage, une famille digne d’une photo publicitaire et, bien entendu, une garde-robe de princesse ainsi que les manières de la reine d’Angleterre pour pouvoir se considérer (et être considérée!) comme une véritable Femme à part.  Connaître les bonnes manières sur le bout des doigts, être toujours impeccablement vêtue, avec de hauts talons et sans un pli sur votre robe en soie. Parler doucement même lorsque vous êtes en colère, sourire même à votre pire ennemi, vous baisser avec grâce même lorsque vous avez deux enfants dans les bras. Je vais tout de suite vous rassurer, la perfection n’est pas de ce monde, et être une femme à part ne signifie pas être parfaite. Vous êtes soulagée, n’est-ce pas?

Je vous en parlais dans cet article, nul besoin d’être parfaite en tout point pour être une vraie femme et une bonne chrétienne. L’essentiel est de tendre à la perfection, et de toujours vouloir donner le meilleur de soi-même. Chacune, nous avons reçu à notre naissance un certain nombre de dons et de talents. Quelques-uns sont innés, d’autres doivent se travailler. Quelques-uns sont naturels, d’autres, en revanche, nous demandent un travail sur nous-même, de la volonté et de la persévérance. Que ce soit physiquement ou moralement, nous avons toutes un potentiel, et il ne tient qu’à nous de le développer.

Le Larousse nous donne la définition suivante pour l’adjectif idéal: à qui l’on prête toutes les qualités, toutes les perfections, qui est considéré comme parfaitement adapté à son rôle, sa fonction. Ainsi, la femme idéale est celle qui fait de son mieux pour être à la hauteur de ce qu’elle a reçu et du rôle qu’elle occupe. Qu’elle soit épouse, mère, veuve, célibataire ou encore religieuse, elle doit tendre à la perfection, tout en voulant toujours atteindre la sainteté. Non pas d’une façon trop humaine, qui calcule et qui cherche à avoir quelque chose en retour, non. Mais de façon toute divine et surnaturelle, telle la créature qui veut rendre gloire à son Créateur en faisant le meilleur usage possible des dons reçus.

Si je vous donne en exemple des femmes soignées, élégantes, polies; si je vous parle de bonnes manières, de beauté intérieure, de vocation féminine toute dans la générosité et le don de soi; si, en un mot, je vous parle quotidiennement de la femme à part, c’est pour vous encourager à donner le meilleur de vous-mêmes, à vous dépasser, à toujours chercher à vous améliorer. Et quel est le meilleur modèle pour arriver à cela? La Sainte Vierge bien entendu! Alors n’hésitons plus à méditer les mystères du chapelet, lire des ouvrages qui lui sont consacrées, la prier et lui demander de lui ressembler. Tâchons d’imiter son humilité, sa confiance en Dieu, sa foi, son espérance, sa charité, sa beauté, et nous serons sûres d’être de vraies femmes à part.

L'imitation de la bienheureuse Vierge Marie

Si vous souhaitez lire l’ouvrage complet de Thomas A. Kempis, vous pouvez vous le procurer ici. En commandant ce livre sur Amazon et à partir de mon site, vous me permettez de toucher une modeste commission, sans pour autant payer plus cher, et ainsi de financer la maintenance et la mise à jour de ce site 🙂 Merci d’avance 😉

Crédit photo: Julia Engel/Gal Meets Glam.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s